Yannick Trigance, un élu proche des citoyens au cœur de la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis (Épinay-sur-Seine, Saint-Ouen, L’Île-Saint-Denis, Saint-Denis Sud).

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Marié, père de deux enfants, je suis moi-même un enfant d’Épinay-sur-Seine où j’ai fait toute ma scolarité, et où j’ai toujours été actif dans la vie associative sportive et culturelle locale.

Enseignant, puis directeur d’école en maternelle et en élémentaire pendant 25 ans dans différentes écoles de la ville d’Épinay, je suis aujourd’hui en charge de la petite enfance, de l’éducation et de l’insertion dans une collectivité.

Maire-adjoint à la culture et aux relations internationales de 1995 à 2001 et conseiller municipal d’Épinay-sur-Seine jusqu’en janvier 2017, j’ai été élu Conseiller régional d’Ile-de-France en 2010 puis en 2015 où je siège dans la commission lycée.

Spécialiste des questions d’éducation au sein du Parti Socialiste, reconnu par l’ensemble des acteurs de notre système éducatif, j’ai été nommé chevalier de la Légion d’honneur en 2014 au titre de la promotion Education nationale, enseignement supérieur.

Je suis devenu député de notre circonscription le 6 janvier 2017 jusqu’au 22 avril 2017 en tant que suppléant de Bruno Le Roux.

  • Pourquoi vous présentez-vous à cette élection législative ?

Je me présente aujourd’hui afin de solliciter la confiance de nos concitoyens et pour avoir l’honneur d’être leur porte-voix à l’Assemblée nationale.

Enfant de la Seine-Saint-Denis, j’y ai grandi, j’y vis, j’y travaille.

Homme de gauche, socialiste, je me suis toujours battu pour notre territoire que j’ai chevillé au corps. D’abord comme enseignant, puis comme directeur d’école à Épinay‑sur‑Seine, j’ai œuvré pour la plus belle des causes, pour que tous les enfants puissent bénéficier de la même chance de réussir leur parcours et de trouver leur voie. La vie politique locale a ensuite été le terrain de mes engagements en tant que maire-adjoint, conseiller municipal puis régional.

J’ai consacré ma vie au service des habitants de notre circonscription.

Fort de ce parcours, affermi par mon expérience, convaincu de l’immense valeur de notre territoire et de ses atouts, j’aspire à représenter, à protéger et à défendre les femmes et les hommes sur notre territoire en tant que député de la République, comme je l’ai fait pendant les trois premiers mois de 2017 où j’ai été député.

À L’Île-Saint-Denis, à Saint-Ouen, à Épinay, à Saint‑Denis, les attentes sont fortes alors que notre société doute d’elle-même.

Pour garantir à chacun le droit au bien être, au bonheur, à un avenir de tous les possibles, je m’engage en premier lieu à travailler au renforcement de la justice sociale et à la lutte implacable contre les inégalités qui minent notre pacte républicain et votre vie quotidienne. Tout commence avec l’école qui est un sujet essentiel pour notre territoire : la réussite des enfants sera pour moi une priorité absolue.

L’urgence écologique est inséparable des questions sociales, les plus fragiles d’entre nous étant les premières victimes de la dégradation de l’environnement. Cet enjeu majeur appelle une action déterminée et constante de la part de tous : je m’engage à ce que, demain, tout soit mis en œuvre afin d’assurer une transition écologique et ambitieuse dans notre territoire.

La sécurité est un droit aujourd’hui encore malmené.

La première circonscription de la Seine‑Saint‑Denis souffre, malgré des moyens supplémentaires, d’une insécurité endémique qui trouble la tranquillité des habitants. En tant que député je travaillerai sans relâche à l’obtention de moyens supplémentaires et à la mobilisation des acteurs de terrain pour protéger nos habitants et pour éradiquer les trafics en tout genre.

J’agirai également avec détermination pour améliorer les conditions de vie, pour l’emploi et le pouvoir d’achat, pour une politique du logement qui réponde aux besoins de chacun, pour l’amélioration des conditions de transports et pour le maintien des services publics de proximité, pour défendre l’accès aux soins et pour la prise en charge solidaire des personnes âgées dépendantes.

Avec ce nouveau contexte national présidentiel je souhaite représenter les habitants de notre territoire en mettant à profit ces cinq prochaines années pour en bonne intelligence avec les forces progressistes, bâtir des majorités de projet sans rien renier des valeurs de gauche que je porte et en restant toujours attentif à la protection et à la défense des citoyens de notre circonscription.

Je serai donc un député de proximité, accessible et rendant régulièrement compte de mon travail et de mes actions.

Le sens que je donne à ma candidature est guidé par une seule ambition : agir pour nos concitoyens, à leurs côtés, car je suis des leurs.

Comme eux, je suis issue de ce territoire si riche en créativité, en espoirs, en énergie et avec un patrimoine dont nous sommes toutes et tous fiers, des berges de Seine en passant par le Stade de France, le Red Star et le marché aux Puces de Saint-Ouen.

Malgré les progrès accomplis je sais qu’il reste un travail immense à entreprendre pour résorber les difficultés persistantes, pour offrir à tous des villes où il fait bon vivre et où chacun peut s’épanouir dans son projet de vie.

A gauche, être un député utile : telle est mon ambition.