Touslesjourscurieux est un projet unique et innovant. Dans un monde où le numérique domine, il faut savoir s’adapter. Ainsi, ce groupe d’amis a décidé de faire partager sa passion de la photo via tablette et non sous format papier. Ils ont donc créé pour cela leur propre mag’appà mi-chemin entre le magazine et l’application.

 

Le projet Touslesjourscurieux mûrit depuis longtemps. Jean-Jacques Farré, l’une des têtes pensantes, disait : « un jour, vous verrez » et ce jour est arrivé! Suite à une collecte de fonds réussie, le numéro 1 est enfin disponible et d’autres sont à venir.

Que trouve-t-on donc dans ce premier magazine photo, conçu pour smartphones et tablettes? De tout !

Très complet, le mag’app propose différentes rubriques: grand reportage, présentation d’un genre photo, une sélection de clubs et sites photos à découvrir et même une sélection d’ouvrages spécialisés.

L’actualité, l’histoire, des anecdotes, le tout est raconté par les photographes, par la photo même.

Touslesjourscurieux nous donne ainsi les outils pour construire sa réflexion, avoir son propre regard sur le monde qui nous entoure et ce d’une manière ludique et agréable, sans passer par le filtre des médias qui imposent leurs visions des choses.

Retour sur l’aventure Touslesjourscurieux avec Jean-Jacques Farré, « l’aiguilleur en chef » :

~ ~ ~

  • Qui sont Tous les Jours Curieux?

Jean-Jacques Farré: Nous sommes avant tout un groupe de quatre amis. On se connaît tous depuis longtemps. On partage cette idée d’aller directement vers le lecteur, que c’est plus gratifiant.

On est dans un grand esprit libertaire et dès que l’un de nous a une idée on lui dit « tu veux le faire, fais le! ». Il n’y a pas vraiment de hiérarchie entre nous. On se fait confiance, on a tous de l’expérience donc tous quelque chose à apporter.

  • Qu’est-ce qui vous a motivé à monter ce projet?

J-J.F :

L’envie était vraiment de se mettre au service de la photo, la rendre plus accessible.

Avec ce projet, des intermédiaires sont supprimés, les chargés de communication, de presse. Puis on a choisi le support tablette car le support livre photo est trop réducteur. On avait envie de croiser les photographes, publier des reportages et raconter la photo par la photo. Le photographe ne peut raconter que ce qu’il a vu.

Le tout est toujours poussé par la curiosité, le désir de mieux voir, mieux comprendre.

crédit: Pierre Terrasson

  • Quel a été le cheminement du projet, comment en êtes-vous arrivé à l’application?

J-J.F : Ce magazine est un magazine numérique créé ex-nihilo. On ne voulait pas de format papier car un mauvais papier peut porter préjudice à la qualité d’une photo. Puis on a choisi le format de l’application, plus ludique qu’un simple site internet. Le support est le message.

Il a fallu réfléchir donc à une problématique liée à un nouveau langage, de nouveaux gestes liés à ce support: le  scroll, le tap, il ne fallait pas de pages, etc.

On a conscient que c’est novateur. C’est bien car cela peut attirer, intriguer par l’originalité mais on est un peu inquiet car la nouveauté peut aussi effrayer, c’est une habitude à prendre.

C’est comme ça qu’on est arrivé au mot: mag’app, entre le magazine et l’application. C’est comme un mook (book + magazine) numérique.

 

  • Quel est le public visé? 

J-J.F : Le public visé est un public installé. Plus de 40% ont plus de 60 ans : ce sont des gens qui maîtrisent le numérique, qui ont du temps et du pouvoir d’achat.

On espère tout de même un lectorat large, notamment un grand public féminin et un public jeune.

Le magazine étant payant, cela peut être une barrière, notamment pour les étudiants, les jeunes mais le prix met en relief la valeur de notre travail et reste abordable. Néanmoins une politique de prix est à venir.  Après, ça, c’est le rendu d’études.

Dans l’idéal, on vise le plus grand nombre car on veut vraiment partager au maximum autour de la photo, par la photo.

crédit: Nicolas Hulot

  • Quel contenu allez-vous présenter ?

J-J.F:

Le contenu sera large : on veut de tous les genres, raconter des histoires, montrer des personnalités.

Pour compléter notre mag’app, on envisage la création d’un site, gratuit, qui sera une vitrine avec des extraits pour s’adresser au plus grand nombre, sans pub. Que des informations.

On espère six numéros par an et des hors séries avec des thématiques, des rétrospectives. Deux numéros spéciaux sont prévus pour cette année.

Pour les suivre et se procurer le numéro 1, vivement conseillé :

la page facebook

le site internet