Tennis – Rolex Paris Masters

3 têtes d’affiches, 3 destins différents

Aujourd’hui c’était la 3e journée du Rolex Paris Masters. Au programme, fin du deuxième tour avec l’entrée en lice des Français Lucas Pouille et de Jo Wilfried Tsonga, puis de l’Espagnol Rafael Nadal. L’enjeu était important pour ces trois hommes, qui devaient absolument s’imposer.

Le Masters de Londres en ligne de mire

Trois jours après leur confrontation en finale du tournoi de Vienne qui avait vu Lucas Pouille triompher sur Jo Wilfried Tsonga. Les deux tricolores étaient aujourd’hui sur le court Central, chacun leur tour. Respectivement 15e et 18e au classement ATP, le Manceau et le Nordiste peuvent encore espérer atteindre la 8e place, synonyme de qualification pour le Masters de Londres. Mais la tâche s’annonce ardue, mais pas impossible.

Lucas Pouille était opposé au vétéran Espagnol Feliciano Lopez, une partie rendement mené par le jeune tricolore qui s’est s’imposé assez facilement (6-3, 6-4). Une victoire expéditive, le tout en moins d’une heure ce qui assez rare pour le souligner (57 minutes). Le public a joué à fond son rôle en scandant à de nombreuses reprises « Lucas, Lucas, Lucas », ce qui pourra être un atout de poids pour la suite du tournoi.

Quant à Jo Wilfried Tsonga, les choses ne sont pas passées comme prévu. Le Manceau a été défait en trois manches (2-6, 7-6, 6-2) par son compatriote et futur retraité Julien Benneteau. Pourtant tout avait bien commencé pour le numéro 1 Français avec le gain rapide de la première manche 6-2. Petit à petit la machine s’est enrayé, ce qui a permis son adversaire de recoller dans la partie en empochant le deuxième set à l’arrachée 7-6. Lors de la troisième manche Tsonga n’est plus dedans.

Rafael Nadal assure l’essentiel

Le forfait de son rival historique, le Suisse Roger Federer change la donne. Le natif de Majorque n’a besoin que d’une seule victoire pour s’assurer de terminer la saison 2017 à la tête du classement ATP. Opposé au jeune et prometteur Sud Coréen, Hyeon Chung, l’Espagnol a dû s’employer pour se défaire de son adversaire. Un succès acquis à l’expérience et l’usure surtout (7-5, 6-3). Mission accomplie pour Rafael Nadal qui est certain de finir l’année numéro 1 mondial. C’est la quatrième fois qu’il réalise cette performance après 2008, 2010, 2013 et donc 2017. Mais que ce fut dur quand même. Il va tenter de remporter ce tournoi, un des rares qui manque à son immense palmarès.

Reportage de notre journaliste Danny DIAMBAKA