Le Sepak Takraw vient du malais-indonésien « Sepak » signifiant « donner un coup de pied » et du thaïlandais « Takraw » signifiant « balle ».

Le Sepak Takraw est un sport d’équipe, ressemblant fortement au volley-ball. Pour cela, les joueurs doivent utiliser, contrairement au volley, principalement leurs pieds, mais aussi les genoux, les épaules ou la tête, à l’exception des bras ou des mains.

Ce sport se pratique avec une balle (17cm de diamètre – 200g) traditionnellement en rotin (palmier à liane), mais de plus en plus elle est fabriquée en plastique.

Ce sport se pratique essentiellement dans les pays d’Asie du Sud-est (Indonésie, Malaisie, Laos) où il est très populaire, étant même un sport national en Thaïlande.

Ayant déjà eu la chance de voir des matchs de Sepak Takraw en vrai, je peux vous dire que c’est vraiment impressionnant et spectaculaire. Et pour avoir aussi essayer d’en jouer, je peux vous dire que c’est vraiment pas donner à tout le monde (en tout cas, pas à moi…)

Quoi de mieux qu’une vidéo pour découvrir ce sport ? (en plus, ça se passe à Strasbourg…)

Chaque année, vers septembre, Strasbourg (Gymnase des Malteries à Schiltigheim) accueille de nombreux pays internationaux (Iran, Philippines, Malaisie, Thailande, Allemagne, Japon, Belgique, Suisse) dans le cadre d’un tournoi.

Comment ça se joue ?


Photo de l’équipe de France lors de la King’s cup (tournoi internationale) en Thaïlande.

3 joueurs par équipe (striker = smasher, tekong = le serveur et feeder = passeur) qui parcourent l’étendue de leur camp où ils évoluent à l’extérieur des limites pour rattraper une balle venant de leur équipe

3 passes entre eux ou à eux-même, avant de renvoyer la balle dans le camp adverse par dessus le filet

– comme au volley, l’équipe marque un point quand la balle touche le sol dans le camp adverse ou si les joueurs adverses envoient la balle hors du terrain

– le match se joue à 21 points en deux manches et pas de limite dans le temps

Rencontre avec un joueur Alsacien

 

J’ai eu le plaisir de rencontrer Jérémy VORADY, un joueur de l’équipe de Mulhouse.

Jérémy, étudiant à Strasbourg, et grand passionné de ce sport depuis son adolescence s’entraîne régulièrement à Schiltigheim (Gymnase de l’Europe – Allée d’Athènes, le samedi matin, et – le mardi et le vendredi à l’école Gliesberg à Montagne verte).

Il essaie de développer ce sport à Strasbourg, et invite les petits curieux à venir essayer ce sport.

Pour lui, le Sepak Takraw est « une sorte d’art martial qui permet de maîtriser son corps et son mental. Au delà de l’effort physique, l’esprit d’équipe permet de toujours plus progresser et de garder son sang-froid durant les matchs internationaux. Ce sport m’a appris à toujours respecter mon équipe et mes adversaires. Respect : base culturelle de ce sport. »

 Et pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière 😉

Denise