Le 24 et 25 novembre, les étudiants d’Arts du spectacle de l’université de Poitiers ont décidés d’approfondir leurs connaissances en se rendant au TNB (Théâtre National de Bretagne), à Rennes, afin d’assister au spectacle Rêve et folie, pièce de Claude Régy. Ayant étudiés ce metteur en scène, les étudiants avaient quelques informations sur les spectacles de celui-ci, cependant la surprise fut immense. Zoom sur leur point de vue.
« J’ai plongé dans l’univers ! » nous rapporte Marine*, spécialisée dans le théâtre. « Je n’ai pas décroché une seule seconde, j’étais aspirée par les mots. Je me sentais comme envoûtée, hypnotisée. Chaque geste, chaque mot prenaient une dimension astrale. J’ai tenté de m’endormir pour voir ce que je pouvais ressentir. Même durant le sommeil, j’étais encore dans l’univers, j’ai trouvé ça impressionnant. Ce n’est pas seulement les yeux et les oreilles qui marchent dans cette pièce, c’est le corps tout entier. »
« Je suis étonnée que ça ait pu marcher sur qui que ce soit. Mais j’imagine que soit on est très réceptif, soit on ne l’est pas du tout. Pour ma part, je ne l’étais pas, et je ne trouvais aucun intérêt à ce qui se déroulait sous mes yeux. Pour moi, c’était simplement la lubie d’un metteur en scène contemporain qui se voulait original, voila tout. » dit Julie*.
« Pour ma part, j’ai été omnibulée par ses yeux, » ajoute Pauline*. « Dans une semi obscurité, je n’arrivais pas à discerner si ses yeux étaient grands ouverts ou fermés. J’ai appris à la suite de la pièce que cela alternait. Ce détail m’a totalement bloqué. J’ai voulu moi aussi essayer de dormir, pour voir la sensation provoquée, et je n’ai pas eu de sensation particulière. J’applaudis cependant la lumière. En effet, lorsque la pièce débute, l’acteur est éclairé d’une certaine façon que cela créé un effet spectral. On s’est demandé si c’était une projection, un drap, ou quoi que ce soit. Non, c’était seulement l’éclairage sur l’acteur, et c’était remarquable. »
Il n’y a pas que des élèves spécialisés en théâtre qui ont voulus assister à ce spectacle, c’est par exemple le cas de Mélissa* : « Après nous avoir demandés d’entrer en silence, selon la volonté de Régy, la pièce commence après un long temps silencieux. Immédiatement j’ai été hypnotisée. Il n’y a aucun bruit, on a même peur de respirer trop fort pendant la pièce. Les gestes sont lents et on souffre avec l’acteur sur scène. Même lorsque l’on sort, on se sent comme flotté. Ce fut une expérience incroyable que j’ai beaucoup apprécié. »
Quoi qu’il en soit, si beaucoup ont essayés de « produire du Régy », personne n’y est parvenu ; c’est pourquoi cette expérience est unique. Si vous voulez vous faire votre propre avis, n’hésitez pas à vous y rendre. Et dépêchez vous, Régy a annoncé que cette tournée était la dernière, en vue de son âge et de sa santé.

* Les noms ont été changés à l’occasion de l’article.