Depuis plusieurs années, le site Regards d’Étudiants propose une ligne éditoriale centrée sur l’orientation. Un site crée et actualisé par une équipe jeune qui tente de se démarquer sur le marché des pureplayers, déjà très occupé. Rencontre avec Valentin Chatelier, fondateur du site.

Quel était l’idée de base avec Regards d’Etudiants ? 

Valentin Chatelier : Le principe était de donner la parole aux étudiants pour qu’ils puissent s’exprimer.  On a pensé que ça manquait d’opinions dans les débats de médias généralistes. Par la suite, la ligne éditoriale a été repensée.

Alors aujourd’hui, comment définir la ligne éditoriale du site ? 

Aujourd’hui, nous sommes un site de conseils pour les étudiants. L’idée est de mettre en relation des pros et des étudiants. La partie « orientation » est assez importante, de voir comment les étudiants peuvent entrer dans le monde professionnel.  Nous sommes partis d’un constat simple : quand on rentre dans un premier stage, l’univers professionnel nous est totalement inconnu. Notre but est aussi de faire en sorte que chacun puisse y voir plus clair avant même de rentrer sur le marché professionnel.

Regards d’Etudiants assume aujourd’hui une ligne éditoriale sur l’orientation, le parcours étudiant. Comment vous-positionnez-vous par rapport aux autres pure players ? 

C’est une approche totalement différente. Contrairement aux autres sites, nous ne faisons que peu de news. Lorsque l’on traite de l’actualité, nous le faisons pour expliquer clairement de vastes sujets ou pour résumer l’actualité de la semaine. Nous nous démarquons en faisant un maximum d’événements. On mêle à la fois le contenu vidéos, le côté article et cet aspect événementiel.  Ces réunions publiques ont pour but de se faire rencontrer les pros et les jeunes étudiants.

Regards d'Etudiants

Sur le site, il y a aussi ces résumés de l’actualité, ce sont des choses qu’on retrouve quotidiennement sur d’autres plateformes. Pourquoi faire ce choix de traitement hebdomadaire? 

C’est le seul traitement de l’actualité de la semaine. L’idée est de se dire que pour les étudiants qui n’ont pas forcément le temps, c’est quand même assez important de se tenir au courant des grands enjeux de l’actualité. L’objectif est de résumer tout ce qui s’est passé dans la semaine, tout en l’expliquant au mieux. Là où je pense que nous nous démarquons, c’est que sur chaque sujet nous mettons des liens pour aller plus loin, comme des reportages ou des documentaires.

Un autre aspect du site : c’est le format vidéo et les réunions publiques. Comment sont choisis les thèmes ? 

On a même plusieurs formats d’événements. Il y a d’abord la masterclass durant laquelle un pro raconte son expérience à un public restreint. Il y a un lien de proximité qui se construit entre les étudiants et l’intervenant dans ces réunions. Dans ces événements, les intervenants peuvent être des juristes, des journalistes, des diplomates…Nous organisons aussi des débats qui tournent autour des sujets d’actualité, ceux qui sont récurrents dans les médias. Récemment, nous avons fait une conférence autour du nucléaire iranien. L’idée est alors de confronter un spécialiste et un chercheur. Ils répondent également aux questions des étudiants présents pour l’occasion. On fait a aussi des tables rondes qui réunissent 4 ou 5 experts qui débattent d’un même theme.

Quel est l’impact des réunions publiques sur les visites du site ? 

Ça change les habitudes des internautes. On propose de la vidéo, et ce lien direct avec nos intervenants fait que beaucoup viennent retrouver les conférences sur notre chaîne Youtube ou sur Facebook. Ça crée un contact important pour le développement d’un site comme le notre. Sur Youtube, les gens sont prêts à passer du temps pour regarder des vidéos. Sur Facebook, on met de courts extraits de 2 ou 3 minutes pour teaser en quelque sorte.

118

Ça fait déjà 3 ans que Regards d’Etudiants est en ligne, comme perçois-tu l’évolution du « marché » des pureplayers ?  

Ce qui est vraiment intéressant, c’est qu’on a tous les genres de pureplayers maintenant. Il y a une grande partie de ces sites qui font de l’information un peu différemment. Ça permet une certaine diversité dans l’approche des sujets. De l’autre côté, on a aussi quelques sites qui sont là pour le trafic et l’audience. Mais c’est pareil sur tous les médias, notamment en télé. La difficulté du web est de trouver la bonne ligne éditoriale et le bon format pour se démarquer intelligemment.

Le contenu vidéo est-il essentiel au développement du site ? 

Au début, le format vidéo s’est imposé car beaucoup de gens ne vivaient pas à Paris ou n’étaient pas disponibles pour nos réunions. Les étudiants nous demandaient s’il était possible de capter la masterclass pour qu’ils puissent voir tout ça en replay. A titre personnel, je n’étais pas complètement pour au départ. On a quand même eu de bons retours pour la première vidéo filmée, même si le trafic n’était pas forcément au rendez-vous. Depuis, ça s’est développé assez rapidement et nos audiences augmentent. C’est devenu assez essentiel à Regards d’Etudiants.

Comment allez-vous aborder la rentrée du site ? 

Il va y avoir plusieurs nouveautés. On va lancer un nouveau format à partir de septembre, quelque chose d’un peu différent. L’idée est de faire une vidéo entre 20 à 40 minutes et d’inviter deux spécialistes d’un sujet. Ça sera toujours sur les thèmes qu’on traite sur le site : droit diplomatique ou journalisme par exemple. On avait par exemple très envie de faire une vidéo sur les médias dans le numérique et de trouver deux contradicteurs sur une question bien particulière. L’idée est d’avoir un véritable débat, une certaine opposition, tout en rendant le sujet accessible et intéressant. En septembre, on va aussi changer de nom. Le site était au départ très axé sur l’opinion puis ça a pas mal changé par la suite. Notre identité visuelle va aussi être repensée pour clarifier le projet.