Si les élections présidentielles en France ont fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps, autant vis à vis du le futur de la France (ainsi que de l’avenir de l’Union Européenne) que des candidats spécifiquement (entre les déboires, les scandales et les clashs médiatiques), que savons nous réellement du programme des candidats ?

En lisant les programmes des différents candidats vous saurez les grandes lignes directrices de leurs politiques, mais que savez vous réellement de leurs opinions concernant certaines lois sociales, notamment celles touchant uniquement certaines catégories : les femmes, la religion, la communauté LGBT+ ?

 

François Fillon

Conservateur, François Fillon s’oppose à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes, et souhaite interdire l’adoption plénière aux couples homosexuels. La gestation pour autrui (GPA,  «mères porteuses») restera interdite à tous et les sanctions pénales sur le recours ou la promotion de la GPA seront renforcées.

Cependant la question du « mariage pour tous » reste un peu plus floue, le candidat ne semble pas vouloir s’y opposer mais seulement réécrire la loi sur les deux points précités.

Le candidat souhaite développer l’hébergement d’urgence à destination des femmes victimes de violences. Sanctionner d’une amende aggravée toutes les incivilités commises à l’égard des femmes dans l’espace public et les transports en commun (insultes, harcèlement de rue…).

 

 

 

Benoît Hamon

Le candidat souhaite ouvrir l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes.

Augmenter le nombre de centres de planification familiale et des structures pratiquant des interruptions volontaires de grossesse (IVG) pour donner à chaque femme le droit effectif de s’informer et de disposer de son corps.

La simplification du droit à changer la mention du sexe à l’état civil pour les personnes trans.

Un droit à mourir dans la dignité.

Parce qu’elle protège la liberté de conscience, la possibilité de croire ou de ne pas croire, faire scrupuleusement respecter la loi de 1905 sur la laïcité. Appliquer les sanctions avec fermeté.

Benoît Hamon ajoute qu’il souhaite suivre l’objectif de l’OMS : la fin de l’épidémie de VIH/Sida à l’horizon 2030, qu’il supprimera les franchises médicales et qu’il discutera avec les laboratoires pharmaceutiques sur le prix des médicaments onéreux afin de permettre l’accès aux soins de toutes et tous.

 

 

.

Marine Le Pen

Concernant le droit des femmes, la candidate souhaite lutter contre l’islamisme qui fait reculer leurs libertés fondamentales. Concernant la laïcité : Rétablir la laïcité partout, l’étendre à l’ensemble de l’espace public et l’inscrire dans le Code du travail.

Mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femme/homme et lutter contre la précarité professionnelle et sociale.

Maintenir l’interdiction de la GPA et réserver la PMA comme réponse médicale aux problèmes de stérilité. Créer une union civile (PACS amélioré) et remplacer les dispositions de la loi sur le mariage pour tous, sans effet rétroactif. Marine Le Pen a précisé qu’il n’était pas question de « démarier » les homosexuels si elle arrivait au pouvoir. « Je suis très respectueuse de l’état de droit, une loi n’est pas rétroactive, les gens qui se sont mariés resteront mariés car ce serait illégal de les démarier. En revanche, d’autres n’auront pas le droit de le faire.

 

 

Emmanuel Macron

Le candidat défend le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). « Nous sommes favorables à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes. »   mais :

« Nous ne sommes pas favorables à autoriser la gestation pour autrui (GPA) en France. MAIS Nous assurerons que les enfants issus de la GPA nés à l’étranger voient leur filiation reconnue à l’état-civil français. »

Le candidat propose également un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut aligné sur le régime le plus avantageux.

Le mariage pour tous, « qui est un acquis fondamental du quinquennat en cours ». Emmanuel Macron prône la lutte contre l’homophobie du quotidien, notamment dans le milieu du travail, en multipliant les opérations de contrôles aléatoires (« testing ») et de désignation publique des entreprises fautives (« name and shame »).

« Nous n’étendrons pas l’interdiction du voile à l’université. »

 

 

Jean-Luc Mélenchon

Il prône une politique ouverte sur l’immigration et les questions de société (euthanasie, PMA), et souhaite introduire une « règle verte » dans la Constitution pour limiter les prélèvements sur la nature.

Sur les questions de santé, Jean-Luc Mélenchon est en accord avec toutes revendications LGBT. Il précise qu’il souhaite « une politique d’incitation au dépistage de grande ampleur » et des campagnes de prévention qui montrent « la diversité des orientations et des comportements sexuels et/ou amoureux ».

Question égalité hommes/femmes : il prône l’égalité de salaires, des congés parentaux de durée identique entre les parents, renforcer le planning familial dans ses missions de formation et d’éducation pour la contraception et le droit à l’avortement. Mais surtout lutter contre les violences faites aux femmes.

La libre disposition de soi, de son corps et de son esprit, et ce, de la naissance à la mort, c’est-à-dire le droit de définir sa propre identité de genre et de la voir reconnue par les pouvoirs publics et dans tous les aspects de la vie quotidienne, mais aussi le droit de choisir sa fin. C’est à dire :

  • Reconnaître le droit à la non-binarité du sexe et du genre
  • Permettre le changement d’état civil libre et gratuit
  • Droit des femmes à disposer de leur corps : IVG et PMA pour toutes.
  • Droit de vivre dans la dignité, sans discrimination : scolaire et professionnelle.

 

 

Philippe Poutou

Sur les sujets sociétaux, sa philosophie est principalement libertaire : droit du port de signes religieux y compris au lycée, droit à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, désarmement de la police, droit à la consommation de cannabis…

Philippe Poutou précise aussi que s’il est favorable à la reconnaissance des enfants nés de GPA à l’étranger, il est « en revanche opposé à la GPA elle-même car dans le cadre de cette société, elle renforce la marchandisation du corps des femmes ».

Concernant le don du sang, le candidat est favorable à l’égalité immédiate entre HSH (homme ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes)  et hétéro. En effet, il considère que les arguments ayant mené à la mise en place d’un délai de 12 mois ne s’appuient « sur aucune données scientifiques sérieuses ».

Autres points clés de son programme : l’avortement et la contraception libres, gratuits et accessibles, l’égalité des salaires, les moyens pour accueillir les femmes victimes de violences. L’abrogation des lois discriminant et stigmatisant les femmes musulmanes. Une éducation non sexiste.

L’abrogation de toutes les lois racistes et islamophobes. L’égalité complète pour les LGBTI, concernant les droits pour les couples, la PMA, l’adoption et la fin des discriminations.

 

 

 

POUR RAPPEL :

Environ un couple sur six a des difficultés pour avoir des enfants, il consultera donc un médecin pour ses difficultés à concevoir :

La procréation médicalement assistée (PMA), également appelée assistance médicale à la procréation (AMP), est un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation.  L’assistance médicale à la procréation (AMP) a été définie par le législateur français pour délimiter l’usage des techniques de PMA aux cas des couples infertiles ou ne pouvant sans danger avoir un enfant.

Alors que lgestation pour autrui (GPA) désigne l’ensemble des méthodes de PMA dans lesquelles l’embryon est implanté dans l’utérus d’une femme tierce (dite souvent « mère porteuse »), pratique interdite en France.