Maes, rappeur phare de 2018 s’est fait connaître par une grande partie de son public grâce à sa mixtape « Réelle vie 2.0 » sortie en mars. Le rappeur de Sevran ne s’est pas arrêté en aussi bon chemin en travaillant avec beaucoup de rigueur et de discrétion sur son nouveau projet. Avant la sortie de « Pure » le 30 novembre 2018, Maes nous avait offert un avant-goût de cet album avec les sons « Billets verts », « Avenue Montaigne » et « Madrina » le featuring à tendance latino avec Booba.

Dans « Pure », l’artiste prouve sa polyvalence avec différents sons aux registres variés et montre une réelle amélioration sur tous les plans. Le rappeur se livre sur son passé, ses regrets de ne pas avoir écouté les conseils maternels qui lui auraient permis d’éviter certains problèmes dans le son « Mama » écrit en prison. L’album de Maes retrace une histoire assez floue dans laquelle des thèmes récurrents se succèdent comme son enfance, sa reconnaissance envers sa mère, le besoin d’argent, la drogue et la prison. La ferveur mêlée à la haine quasi omniprésente envers ceux qui l’ont trahi dans « Fumer » par exemple provoquent cette hargne et cette virulence chez l’artiste. Maes prouve avoir sa place sur la scène du rap français et détient un début de carrière très prometteur en se plaçant parmi les révélations 2018.