C’est une femme souriante et agréable avec qui la discussion est fluide. Je lui pose mes questions journalistiques et Corinne y répond très naturellement.

Corinne Peter est la présidente de l’amicale « Le bon vivre à la Source » depuis 2 ans. Elle est d’origine du Nord de la France et habite depuis 20 ans à la Source. Elle est auxiliaire de vie sur la commune d’Epinay-sur-Seine.

Une auxiliaire de vie est chargée d’aider une personne en difficulté, malade ou dépendante, à accomplir les tâches et activités de la vie quotidienne. Elle lui apporte également un soutien moral dans sa vie de tous les jours. Alors je comprends qu’aider les autres est une vocation pour Corinne. Car elle travaille de 09h à 19h du lundi au vendredi puis s’occupe de l’amicale des locataires le soir et le week-end de manière bénévole et veille à l’éducation de ses quatre enfants également.

Elle a commencé dans cette amicale par recenser les plaintes à l’encontre des ouvriers envers les femmes seules et isolées lorsque les travaux de réhabilitation ont commencé. Et puis le téléphone a beaucoup sonné concernant des anomalies à l’intérieur des appartements et dans les parties communes après ces mêmes travaux qui ne sont toujours pas finis. Elle fait le lien entre les locataires et le bailleur, adhérent ou non. On l’appel parfois au milieu de la nuit…

Aujourd’hui, après un travail monstre abattu avec ses administrateurs également bénévoles, elle a réussi à avoir gain de cause concernant des charges datant de 2016 pour tous les locataires, 565 logements . Il va falloir se pencher maintenant sur 2019, dit-elle. Quand elle a lancé son premier CLEAN challenge, elle avait peur que les habitants ne répondent pas présents et elle se disait que si personne ne venait, elle démissionnerait…
Et quand sont venus la vingtaine de personnes en majorité extérieures à la cité, elle comprit alors l’importance de l’engagement que cela incombait. En effet, l’engagement citoyen : c’est faire de la politique.

En s’investissant dans cette entreprise d’intérêt générale, qu’est une amicale de locataires, elle a compris qu’elle avait accès à des informations sur lesquelles les bailleurs, les institutions, la mairie, les médias ne communiquent pas. C’est pourquoi elle a fait parti d’une liste aux dernières élections municipales.

Elle ne veut pas être une béquille, elle veut être un levier pour l’engagement citoyen et la cohésion sociale dans la cité. Il n’est pas question de tout faire car l’union fait la force dit-elle.

«Mais parfois j’ai envie de laisser tomber car je ne comprends pas qu’on me critique en disant que je ne fais pas assez, ça me décourage… »
L’adhésion à l’année est de 5€ et une subvention de 1000€ est versé à l’amicale par Plaine Commune. Cette somme finance à l’année, les affichages des campagnes de sensibilisation sur la propreté par exemple mais aussi des manifestations telles que la galette des rois, pâques et halloween, un moment de convivialité entre habitants estime t elle primordial. Toutes les autres dépenses viennent de ses fonds personnels (balais, seaux, pelles, etc.)…

Corinne ne lâchera pas. Elle actionne un 2ème CLEAN challenge en tapant du point sur la table et exige que le bailleur fasse ce pourquoi l’habitant paye des charges.

Il n’est pas question de faire le travail à la place du bailleur. En ce cas Corinne interpelle ce dernier en disant qu’il serait alors bien plus judicieux de respecter la loi et d’embaucher des personnes qui vivent sur le territoire comme le préconise la loi. Ces personnes seraient bien plus soucieuses du BON VIVRE À LA SOURCE.

Fait par Manela Vesaphong spinassienne engagée