De Strasbourg à New-York, découvrez le parcours de Charlotte Landreau, jeune soliste âgée seulement de 23 ans.

J’ai commencé la gymnastique rythmique à l’âge de 8 ans, puis j’ai eu la chance d’intégrer très rapidement le Pôle de Strasbourg en haut niveau. J’ai pratiqué cette discipline durant une dizaine d’années, à hauteur de 25 heures d’entrainement par semaine ce qui m’a permis d’atteindre le rang de troisième française.

Les entrainements furent très intensifs et éprouvants. Fin 2009, je me suis malheureusement cassé le pied, la période de rétablissement m’a permis de m’interroger sur ma situation. La gymnastique rythmique est un sport dans lequel les filles de 18 ans sont considérées comme « vieilles » et je ressentais l’envie de m’exprimer dans le domaine artistique plutôt que de faire de la compétition c’est pourquoi j’ai décidé d’arrêter la gymnastique rythmique.

Charlotte Landreau

J’ai donc auditionné et été acceptée à l’âge de 18 ans à l’école Rudra-Béjart Lausanne, un établissement prestigieux et très sélectif car il s’agit de la seule école de danse gratuite au monde. J’ai effectué mon cursus de deux années qui fut très enrichissant grâce à l’encadrement de professeurs de renoms.

Grâce aux conseils de mon professeur de technique Graham (danse américaine), Tancredo Tavares, je me suis lancé en septembre 2012 dans une nouvelle aventure. J’ai intégré l’école Martha Graham à New York. Six mois plus tard, j’ai auditionné pour la Martha Graham Dance Company, dans laquelle la directrice de la compagnie, Janet Eilber, m’a acceptée. L’école a même crée pour moi un prix appelé Pearl Lang Award, qui félicite l’excellence du travail et des performances sur scène.

Après avoir terminé mon cursus de deux ans à l’école, j’ai intégré la compagnie à plein temps. Depuis je répète, vis et danse avec cette compagnie extraordinaire qui voyage à travers le monde.

Cette année, à 23 ans, après à peine 6 ans de danse, j’ai été nommée soliste. En Amérique, nous sommes payés à la semaine, mais nos congés ne sont pas payés. En contrepartie, nous sommes complétement libres de travailler sur d’autres projets, ce qui est strictement interdit en Europe. C’est de cette manière que je suis devenue guest teacher. J’interviens une fois par an dans mon ancienne école de Lausanne pour enseigner la technique Graham aux grands danseurs de la génération future.

Charlotte Landreau

Sinon, je fais aussi beaucoup de photo shoots, certains pour la danse, d’autres pour la mode, et je participe à certains festivals quand je ne travaille pas avec la Graham Company. Ma carrière de danseuse m’a permis de travailler avec des photographes de renom, des artistes en tous genres, musiciens géniaux, designers, journalistes, chorégraphes et danseurs connus mondialement comme Mats Ek, Nacho Duato, Sidi Larbi Cherkaoui, Andonis Foniadakis, Sonya Tayeh, Marie Chouinard, Misty Copeland, PeiJu Chien-Pott, Diana Vishneva ou encore Aurélie Dupont.

J’ai vraiment hâte de découvrir ce que cette année va m’apporter. New York est une ville pleine d’opportunités. Pour la première fois depuis que Martha Graham a créé la compagnie il y a 90 ans, nous irons danser à Cuba en octobre, et faire partie de cela est un véritable privilège.

Je profite de chaque jour, je remercie mes parents pour m’avoir soutenue, ainsi que tous mes professeurs qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Qui sait ce que l’avenir nous réserve? Nous ne pouvons pas le savoir, alors autant faire ce que nous aimons.