« Un corps de rêve pour l’été », « comment avoir un corps parfait pour la plage », « sculpter son corps pour l’été » … sont tous des slogans que vous avez très certainement déjà croisés au cours de votre vie. Et ils nous font culpabiliser de ne pas ressembler comme deux gouttes d’eau à l’idéal masculin ou féminin prôné de nos jours. Et c’est pas cool. Parce qu’un corps, peu importe la forme, la corpulence, la taille, la largeur, le faciès… On a tous le droit de l’aimer pour ce qu’il est.

 

Tous les jours, du moment que l’on se trouve dans un endroit un peu civilisé, on nous assomme de photos publicitaires affichant des corps « parfaits » la plupart du temps surréalistes, nous faisant ainsi culpabiliser de ne pas être comme ça. Et les réseaux sociaux comme Instagram ne sont pas en reste non plus, puisqu’on ne compte plus le nombre de personnes qui sont suivies par des milliers de personnes pour leur joli physique correspondant aux standards de beauté modernes. Certains diront qu’on n’a pas tous « la chance » de ressembler à ça. Mais pourquoi cela devrait-il être « une chance » de rentrer parfaitement dans le moule de la beauté du vingt-et-unième siècle ? Pourquoi cela ne pourrait-il pas aussi être « une chance » de simplement ressembler à ce que l’on ressemble ? Malheureusement on a de plus en plus tendance maintenant à ne se regarder que par le biais du regard des autres, comme si leur approbation était nécessaire afin d’apprécier notre physique.

 

En plus, plus on y fait attention, plus on devient parano et on s’imagine rapidement que tous les regards qui croisent le nôtre sont emprunts de jugement négatif. Alors qu’au final nos regards se sont très probablement juste croisés par hasard, et la personne en face de nous se demande juste quelle pizza elle va commander ce soir au restau. Alors pourquoi accorder du crédit au regard d’inconnus, qu’on ne reverra d’ailleurs sûrement plus jamais ? Pareil pour vos proches, peut-être votre grand-mère vous trouve-t-elle « trop maigre » ou votre mère « trop gros(se) ». Mais c’est votre corps, vous en faites ce que vous voulez. Comme le rappelle Jean-Paul Sartre, « l’enfer, c’est les autres ». S’imaginer que l’on ne peut réussir à s’aimer physiquement qu’au travers des yeux d’autrui, c’est un obstacle certain dans l’appréciation de soi-même. Mais pas insurmontable.

 

Alors bien sûr on n’aime pas toujours tout chez nous, et on aimerait peut-être que nos pieds soient plus comme ceci ou notre bouche plus comme cela. On ne peut pas toujours tout aimer. Mais l’Homme a cette triste tendance à se focaliser sur le négatif de manière parfois presque maladive, même lorsque la part de positif est plus importante. Je vous invite à dire aux dictats de beauté d’aller tous se faire voir et d’oublier les autres. Concentrez-vous sur ce que vous aimez chez vous, écrivez-vous une jolie lettre d’amour, ça fait toujours du bien ! Et on le mérite tous. Vous êtes la personne dont l’opinion sur votre corps compte le plus. Et puis rappelons aussi que la fonction première d’un corps est de nous permettre de vivre ; alors si l’on a l’énorme veine d’avoir un corps en bonne santé, on devrait le chérir et savourer cette chance à chaque instant. Et d’ailleurs en ce qui concerne la beauté, il n’existe aucune loi naturelle, universelle ou encore intergalactique qui stipule que tel type de corps est mieux qu’un autre.  On est tous beaux et belles à notre manière, un point c’est tout.

 

On n’a qu’une seule vie, mais on n’a aussi qu’un seul corps. Et ça, on l’oublie assez souvent. Alors aimons-le !