Vous aimez manger du « houmous », des « baklawa » et l’odeur de fleur d’oranger vous fait tourner joyeusement la tête? Alors vous allez aimer Mashrou’ Leila.

Mashrou’ Leila: « projet Leila » ou « projet nuit », est un groupe libanais composé de cinq membres originaires de Beyrouth. Tous membres de l’Université américaine de Beyrouth, c’est à l’atelier de musique qu’ils se rencontrent et décident de former le groupe en 2008.

mashrou-leilaDe gauche à droite: Firas Abou-Fakher (guitare), Carl Gerges (batterie), Haig Papazian (violon), Hamed Sinno (chant), Ibrahim Badr (basse).

Depuis, ils ont déjà sortis quatre albums, fait le tour du Moyen Orient et de l’Europe. Le dernier en date est sorti en novembre 2015 sur Itunes et se nomme  Ibn El Leil, soit le Fils de la Nuit. Véritable petit bijou, il inscrit le groupe dans un courant indie/pop/rock (Kamoulox!), en pleine tournée pour le promouvoir. Ils sont d’ailleurs passés en octobre 2016 à la Cigale à Paris aux côtés de Bachar Mar-Khalife, autre figure de la musique libanaise.

ibn-el-leil-posterLa superbe pochette de l’album Ibn El Leil (oui, j’ai un peu de mal à être objective sur le coup).

Le groupe montre bien cette effervescence de l’Orient malgré tout ce qu’il se passe, malgré les tensions, les affrontements, les conflits et autres horreurs que les médias diffusent sans cesse. Non ce ne sont pas des barbus en galabieh prêts à brandir des fusils et à tout faire péter. Non, non, non. Suffit les préjugés et a priori!

Mashrou’ Leila est considéré comme l’incarnation du modernisme de la jeunesse orientale, héritier du Printemps arabe et de toutes ses revendications. Les chansons sont satiriques, critiquent la société, la musique bien trop conservatrice et formatée du pays. Le chanteur a également fait son coming-out, posant en couverture de Têtu, magazine gay en 2013 ainsi que de My.Kali, magazine également gay jordanien. C’est un grand défenseur des droits LGBT (Lesbiennes Gays Bisexuels Trans).

My.Kali - couverture

Le groupe nous plonge dans un univers magique: on danse, on rêve, on est nostalgique. La poésie de la langue arabe soulève nos âmes pour nous emmener loin et en même temps, la rythmique, le son pop nous font nous sentir comme chez nous.  La langue est tout sauf un mur, elle est un pont vers d’autres cultures.

Ouvrez les yeux, ouvrez les oreilles et savourez. Bon voyage!