Marina Venturini, une élue de proximité dans la bataille de la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis (Epinay-sur-Seine, Saint-Denis Sud, Saint-Ouen, L’Ile-Saint-Denis)

1- Pouvez-vous vous présenter ? D’où vient votre engagement ?

Je suis mariée depuis 22 ans et j’ai la chance d’avoir 4 enfants. Commerciale dans une société d’édition depuis 1995, je vis depuis près de 20 ans à Saint-Ouen.

Peu de temps après notre arrivée sur la ville, nous avons été confrontés à des problèmes parfois simples, et d’autres plus graves, auxquels il ne semblait pas possible d’apporter de solutions.

Assez vite nous nous sommes rendus compte que nous n’étions pas un cas isolé et les mêmes problèmes revenaient pour de trop nombreuses personnes (problème de garde d’enfants, d’écoles, manque de mixité, sécurité, nombreux points de deals qui se développaient notamment à proximité des centres aérés et des écoles, etc.…).

Mais il n’était pas question pour nous de déménager comme beaucoup le faisaient.

Nous aimions Saint-Ouen, son potentiel incroyable ; et nous l’aimons toujours ! J’ai donc souhaité m’engager et m’investir personnellement pour faire bouger les lignes, plutôt que de critiquer ; je voulais être constructive.

Une chance, j’ai alors rencontré un Audonien de souche, William Delannoy avec qui mon mari et moi partagions la même sensibilité politique. C’était en 2007. Elue à ses côtés en 2008 dans l’opposition j’ai pu apprendre de l’intérieur le fonctionnement politique d’une ville ; c’est une très bonne école !

Aujourd’hui adjointe au maire de cette ville, en charge des seniors, du handicap, de la santé et des anciens combattants, je suis également conseillère territoriale à Plaine Commune.

2- Pourquoi vous présentez-vous à cette élection législative ? D’où est venu ce déclic ?

Ma candidature aux législatives est une étape supplémentaire sur ce chemin que je parcours depuis plusieurs années.

Forte de mon expérience d’élue, familiarisée avec le fonctionnement administratif de notre ville et surtout, particulièrement sensible à toutes les préoccupations de nos habitants, je souhaite défendre leurs intérêts ainsi que ceux de nos villes : que ce soit Saint-Denis et Saint-Ouen, mais également La-Plaine-Saint-Denis et L’Île-Saint-Denis.

Je serai un lien entre les maires des 2 plus grandes villes de la circonscription (dont j’ai le soutien) et l’Assemblée.

Nous pourrons ainsi faire avancer les dossiers, aller encore plus loin… Il en sera de même avec la Présidente de la Région, dont je suis également proche. Je veux rendre à nos concitoyens la fierté d’habiter dans ce territoire de Seine saint Denis trop souvent décrié.

Notre circonscription est pleine d’atouts. Sa position géographique aussi proche de Paris est une vraie chance, et ses habitants avec toutes leurs diversités sont un vivier potentiel de talents incroyables !

Enfin, les élections présidentielles m’ont confortées dans mon engagement politique. Au-delà de cette volonté de me battre pour un mieux-être de notre territoire, je pense qu’il y a un vrai besoin urgent de redresser notre pays. Je veux y participer !

Je ne m’opposerai pas à toutes les réformes qui iront dans le bon sens : baisse des impôts, redonner du pouvoir d’achat, assouplissement de la durée du temps de travail, simplification des réglementations qui étouffent les initiatives.

En revanche, je resterai ferme sur mes valeurs et serai intransigeante sur les sujets qui me tiennent à cœur comme l’amélioration des retraites, une vraie politique du handicap, la formation professionnelle et particulièrement l’alternance pour les jeunes, la défiscalisation des heures supplémentaires, l’entrée à l’école dès 5 ans, la suppression de charges sociales pour les aidants familiaux….

En résumé, je ne peux pas rester insensible aux problématiques de nos habitants, je veux continuer à représenter notre territoire et ses citoyens à l’Assemblée nationale pour approfondir le travail engagé au cours de ce premier mandat local qui me passionne.

Cet engagement est sincère.