Depuis un mois l’Opéra National du Rhin est le premier opéra de France à être actif sur l’application « Snapchat ». Déjà actif sur Twitter, Facebook et Instragram, l’institution culturelle tente d’attirer de plus en plus de jeunes en redorant son blason auprès des nouvelles générations. De plus à Strasbourg aura lieu le premier festival de métal organisé dans un opéra français, un vrai coup de pub hors du commun !

 

L’Opéra National du Rhin – Colmar

Une stratégie marketing de « dédiabolisation »

Vous êtes tranquilles sur Snapchat entre deux arrêts de tram, au détour de quelques Stories vous découvrez tout ce qui se passe derrière les rideaux : la fabrication des costumes ou des accessoires, celle des décors préparés et stocké ou encore du maquillage derrière la scène de l’opéra, place Broglie. Entre les 80 heures nécessaires à la confection d’une perruque à la main ou l’explication du rôle de régisseur, il en faudra du temps avant que vous n’ayez plus rien de nouveau à découvrir sur Snapchat (sous le nom de @operadurhin.)

Loin de vouloir faire une publicité ordinaire comme elle le fait déjà sur les autres réseaux sociaux, l’idée en utilisant le caractère éphémère de Snapchat est de changer la vision des jeunes du monde de l’opéra : « On veut faire comprendre aux 15-25 ans qu’on a pas besoin de venir en costard ».

N’attendez plus pour vous intéresser au monde du spectacle, quelque soit votre âge, vous serez accueilli à bras ouvert. Sachez que vous pouvez bénéficier jusqu’à 50% de réduction par exemple si vous êtes âgé de moins de 26 ans ou demandeur d’emploi, et d’une réduction encore plus avantageuse si vous êtes détenteurs de la carte culture Alsace !

Pour plus d’informations sur les pièces, récitals ou spectacles en cours ou à venir, vous pouvez vous rendre sur le site officiel de l’Opéra Nation du Rhin.

Opéra de Strasbourg

L’Opéra Nation du Rhin – Strasbourg

 

 

Le festival métal « Oper’Art »

Du métal dans un Opéra, qui l’eût cru ? L’évènement organisé par l’association Alca Culture « veut bousculer et mélanger des codes et des univers bien différents ». Se déroulant le samedi 29 avril de 18h à minuit, le festival accueillera alternativement le groupe allemand Empyrium ainsi que les groupes français Igorr, Psygnosis, Grorr, Laniakea.

L’idée peut paraître assez folle, et pourtant c’est l’occasion parfaite de faire découvrir l’Opéra à un nouveau public. Contrairement à ce que l’on pense, l’opéra est un art populaire mais il doit s’adapter, se renouveler et aller dans le sens de l’ouverture.

Surtout que malgré les apparences le métal et la musique classique ne sont pas si différents et partagent des racines communes. Beaucoup d’instruments se retrouvent dans les deux genres musicaux : Empyrium utilise du violon, du violoncelle et de la flûte par exemple. Depuis longtemps de nombreux groupes très populaires utilisent des instruments dits « classiques ».

La salle de l’Opéra sera spécialement aménagée pour permettre au public de venir assister aux concerts assis ou debout. Cette rencontre permettra aussi bien de casser l’image élitiste du monde de l’opéra que l’image agressive et stéréotypée du métal. «  Le métalleux n’est pas physiquement violent mais physiquement enthousiaste. »

Les billets sont en ventes au prix de 49€ sur le site de l’Opéra.