« Sziget » signifie « île » en hongrois. Vous avez déjà surement déjà entendu parler de ce festival. Considéré aujourd’hui comme le plus grand d’Europe.

 

Il n’est pas celui qui fait le plus d’entrées, cependant au niveau de sa démesure il mérite bien ce terme. Il se distingue également par ses récompenses aux « awards » des festivals européens. D’ailleurs élu, festival préféré des artistes ou encore meilleur line-up !

Vous ayant déjà parler des « szigotos » les festivaliers et l’ambiance qui règne sur cette ile pendant plus d’une semaine chaque année en aout, on va plus accès cet article sur les activités et bien évidemment les concerts pardi !

Le Sziget a reçu par des journaux français, le surnom de  » Woodstock sur le Danube ». 500 000 festivaliers et plus de 50 scènes, de la musique 24H/24H et du spectacle à chaque allée. Autant dire que c’est un camping géant agrémentés de célébrités venant faire le show tout cela dans un décor de fêtes et entouré de gens du monde entier. Personnellement ça me fait saliver.

 

LIEN DU SITE DU FESTIVAL POUR PRENDRE VOTRE BILLET

 

Réveil matin à l’heure que vous voulez il y aura toujours de la musique ! Cependant, les « vrais » concerts, si on peut les appeler comme cela commence sur la grande scène à 16 heures. Ils sont d’ailleurs les premiers à finir également avant minuit sur cette même scène laissant place à toutes les autres pour prolonger la nuit.

Vous retrouverez, un des scènes les plus originales et agréables, le Coloseum pour qu’à partir de midi jusqu’à tard dans la nuit des DJ se succèdent dans un rythme olé olé. Une scène à fréquenter plus que possible si aucun concert ne vous intéresse. Cette scène abrite de vrais perles tout au long du festival.

 

 

Notre petit coup de coeur, est que peu importe le moment, des scènes pour DJ non connus, sur toute l’île, se mettent à souffler que des tubes à chaque fois que la grande scène s’arrête de jouer et une fois qu’elle a finit, en continue. Les Linkin Park se mélangent aux hits des années 2000 et 90’s pour faire danser toute la jeunesse présente.

Il y a la Telekom Arena qui accueil l’EDM à fond et qui est remplie d’hollandais, mais faut avouer qu’un EDM à 3h du matin passé dans une tente chauffée à blanc qui fait sauter des milliers de personnes non stop, ça a son charme tout de même. Ne vous faites pas avoir, la capacité d’accueil et limitée et parfois en arrivant trop tard on ne peux plus y entrer, souvent pour les têtes d’affiches électro du festival. Même si vous n’êtes pas fan, à tester pendant le passage d’un DJ qu’un de vos potes connait et vous conseillera !

La meilleure scène en dehors de celles de concert à plusieurs milliers ou centaines pour les petites, restera à notre avis « la plage ». Un cadre de rêve, encore une fois des DJ certes, des poufs, de l’eau, des bars, des narguilés et une salle de yoga. Honnêtement à la fin de la nuit de concerts vers 7h notre plaisir était de venir finir la nuit sur cette scène, danser entre les personnes déjà endormis, et boire un dernier verre d’alcool ou non devant le soleil qui se lève, pour s’endormir au chaud. La plage est la scène qui joue réellement non stop et la seule qui finit son programme à 9h et le reprend à 9h.

Si on devait parler de chaque scène une par une, un seul article ne suffirait pas. Cependant on peut continuer en évoquant la « A38 » seconde scène du festival qui accueil les secondes têtes d’affiches et des styles de musique assez variés, du rap au métal en passant par différents styles électro et rock. Une ambiance survoltée, une chaleur parfois limite et des artistes impressionnants en live font son charme et un des meilleurs endroits du festival.

On peut évoquer également les scènes secondaires comme la scène européenne qui accueillent les groupes connus mais à l’échelle nationale principalement comme Naaman.
Suivi par la « world musique stage » une scène qui faut voir de par soi même. Difficile d’expliquer ce qui s’y passe quand des musiques juives russes, sur des beats s’enchainent et que une foule de personne danse comme Raspoutine tenant des branches d’arbres en mains. Cependant, des artistes comme des orchestres ( notamment celui de Barbès y est venu jouer ) viennent également. Une scène pour les musiques du monde comme son nom l’indique.

 

Mais pour survivre à une semaine de fêtes, on ne peut pas écouter de la musique à fond et boire h24. Aucun soucis, le sziget n’est pas qu’un festival, c’est réellement un camp de vacances amélioré pour 10 jours. Des dizaines d’activités sont possibles. Des zones « artistiques » sont présentes, laissant place à la créativités des festivaliers. Un stand où on peut construire ce que l’on veut en carton avant de parader sur l’île. Un saut à l’élastique, des massages, des stands de jeux de société, des visites des cours de yoga… BREF au sziget on ne s’ennuie pas même si on ne veut pas faire des concerts toute la journée.
Pour vous motiver à ne pas seulement vous mettre des races chaque jour, le sziget délire à chaque festivalier un passeport, dans lequel un certain nombres d’activités nécessitent un tampon. Une fois tous les tampons obtenus, en passant des stands de discussion au cirque, des goodies vous seront offerts.

 

Un festival, une ile, de l’amour et un seule unité pour 10 jours, voilà le sziget.

 

crédits :
lien 1

lien 2

lien 3