Les cartes

Crédit photo : http://www.deckcardmania.com/

Pokemon, Yu-Gi-Oh, et encore bien d’autres, sont devenus de véritables trésors pour nous, que nous échangions à la cours de récréation, ou pas. On faisait des duels, le gagnant prenait nos cartes, et on n’avait plus que nos yeux pour pleurer, ou on se contentait de les garder précieusement, pour finir par les jeter 15 ans plus tard quand on les a retrouvé au fin fond d’un tiroir. Quoiqu’il en soit, on y a passé des heures à jouer! Et d’ailleurs, il y en a encore en vente, et on peut, selon le sujet de la carte, on peut rapporter jusqu’à 9 000€ si on les revend (courrez vite rechercher les vôtres, ou pleurer si vous les avez jeté)

 

Les tamagotchi

Crédit photo : http://japandailypress.com/tamagotchi-virtual-pet-reborn-as-official-iphone-android-app-0823042/

Bip bip! On l’a adopté directement à sa sortie, mais on a dû en payer les conséquences après. Tout ces réveils nocturnes pour nourrir la bestiole, pour enlever ses besoins, un vrai bébé! Nos parents, épuisés à force d’entendre ces bips, en ont souffert pendant plusieurs années (bien sûr puisqu’ils ont sortis des nouvelles versions assez fréquemment pour que les accros qui avaient les anciennes versions achètent les nouvelles). Mais nous, on a adoré! A défaut d’avoir un animal de compagnie, les parents préféraient acheter les tamagotchi, car ils coûtaient moins cher qu’un animal, il y a uniquement nous qui nous en occupions, et même si les bips étaient énervant à la longue, il valait mieux avoir un tamagotchi qu’une bête! D’ailleurs ils annoncent leurs retour prochainement (Youpi pour les parents qui vont comprendre ce que les leurs ont subi!)

 

Les billes

Crédit photo : https://bestdaysofourlivesproject.wordpress.com/2014/08/01/shoot-your-marbles/

Nos premiers jeux dès la primaire. Les gallos, les pépites, les billes oeil de chat, billes plates, bref, tout un tas de noms pour désigner la même chose : une bille. Nos véritables trésors que l’on arborait fièrement, que l’on avait remporté lors de duels, et certains qu’on a perdu et qui ont été le sujet de brisage d’amitié, voire parfois qui ont amené des bagarres tellement on tenait à cette petite chose. Les billes n’ont jamais connu la crise ou presque, puisqu’on y jouait jusqu’à la fin de la primaire presque. Généralement, on a finit par les léguer (pour certaines billes on peut appeler ça du lègue oui!) à nos frères et sœurs pour qu’ils puissent aussi connaitre tout le suspens d’une partie de bille, quand votre adversaire frôlait votre bille, ou que la topographie du sol vous a permit une victoire écrasante face à celui qui crânait un peu trop avec sa jolie pépite! Bref, un tas de sentiments pour une seule partie de bille!

 

La Game Boy Color

Crédit photo : https://www.retrogamestore.com.au/product/refurbished-nintendo-game-boy-color-console/

Plus petite que la Gamegear, des graphiques somptueux en pixels visibles, et bien sûr la petite lampe que l’on branchait dessus quand on y jouait discrètement le soir dans sa chambre ou dans la voiture lors de trajets nocturnes. Elle ne nous quittait jamais, on y jouait sans arrêt, notamment Pokemon, Titeuf, Zelda, Super Mario, Kurby ou Tetris, des mois passés en tout et pour tout sur cette console. Certaines Game Boy Color aujourd’hui valent très cher, tout comme les jeux qui encore vendu aujourd’hui si jamais l’envie vous prend de la ressortir et d’y rejouer

 

Les feuilles Diddl

Crédit photo : http://graphdiddl.skyrock.com/3246811532-Feuilles-Diddl-Papier-a-lettre-Parfume-101-a-104-Format-A5.html

Bon là ça concerne d’avantage les filles, mais c’est le même principe que les cartes. Des crêpages de chignons, des amitiés brisées, et une collection de feuilles vierges que vous retrouvez en triant vos tiroirs! Les feuilles avaient plus ou moins de valeur selon le dessin sur la feuille, et si elle était légèrement parfumée, mais toutes les feuilles qu’on a acheté, sans jamais s’en servir (RIP les petits arbres morts pour rien) puisqu’il ne fallait jamais gribouiller sur sa feuille, sinon elle devenait inéchangeable, et on restait avec une feuille pleine de traits de crayon bonne à jeter. Un vrai trafic donc entre les cartes et les feuilles Diddl, dans la cour de récré!

 

Les albums panini

Crédit photo : https://www.kijiji.it/annunci/libri-e-riviste/napoli-annunci-cercola/the-simpsons-edizione-1999-i-album-figurine-panini/80172829

Ce n’était pas vraiment un jeu, mais ici c’est pareil, une véritable collection! Les Simpson,  le foot, Dragon ball, Pokemon aussi, on courait sans arrêt dans les tabacs pour aller chercher un paquet de feuilles autocollantes pour compléter notre album. On échangeait celles que l’on avait déjà avec certains, ou on les collait ailleurs, mais une chose est sûre : on a dépensé une petite fortune en tout pour avoir le livre complet. Certains avaient même créé des autocollants parfumés (notamment dans celui des Simpson, ou seule l’étiquette de Marge avec une tonne de fruits dans les cheveux sentait bon), pour ensuite être nettement moins achetés par les générations suivantes, même s’ils existent encore!

 

Les toupies Beyblade

Crédit photo : https://www.lsa-conso.fr/la-toupie-beyblade-tourne-au-ralenti,132102

On ne regardait pas forcément le manga issu du jeu, mais on avait tous une beyblade avec laquelle on passait des heures à s’entraîner pour montrer à quel point on était doué et comment c’était « facile ». Tout une technique pour un jouet qui tournait, mais ça a été un vrai élan de mode chez les enfants, et ça l’est encore d’ailleurs!

 

Le Rubik’s cube

Crédit photo : http://mapetitefabriqueabonheurs.over-blog.com/article-rubik-s-cube-la-methode-des-croix-45806720.html

Ce vrai casse-tête a connu et connaît encore un succès fou chez les plus jeunes comme chez les moins jeunes. Patience pour certains avec la détermination de le finir, et pour beaucoup d’autre, il a finit à la poubelle après avoir essayé pendant 4h de remettre tout en vain. Et pour les mauvais joueurs qui veulent absolument finir, peignez le, ça ira beaucoup plus vite et c’est plus simple!