On se souvient de la scène du film d’animation Némo lorsque son père, à la recherche de son fils, utilise les autoroutes océaniques indiquées par les tortues.

 

Mais peu de personnes réalisent que ces autoroutes, ces courants marins, ne sont pas une invention destinée à plaire aux enfants. Elles font partie d’un circuit bien définie par mère nature que nous allons découvrir par la suite. Le terme scientifique de ce phénomène est la thermohalinité, c’est-à-dire une juxtaposition de phénomènes thermiques et salins (sel de mer) pour permettre un changement de densité et ainsi provoquer des circulations à travers les océans. Le nom de « Golf Stream » est sensé vous évoquer quelque chose car il est souvent mentionné dans les phénomènes météorologiques. Ce courant océanique prend sa source dans les Caraïbes et se propage dans l’océan atlantique jusqu’aux côtes africaines. C’est le courant thermohalin le plus connu et il est à l’origine des températures relativement tempérées régnant le long des côtes de l’atlantique nord.

 

Mais avant de se lancer dans les différentes circulations existantes à travers le globe, analysons ensemble le phénomène théorique responsable de ces voies propices à la migration des espèces océaniques notamment. Le terme de circulation thermohaline est, comme indiqué dans l’introduction, une division de deux facteurs très importants que sont la température et le niveau de salinité. En effet, par des changements de ces deux valeurs, il s’opère un changement dans la masse volumique car tout ce qui s’échauffe, subit une expansion volumique. C’est le cas lorsque vous faites chauffer le ballon de votre montgolfière. Le fait de jouer sur le poids des sacs de sables et la puissance de feu, donc la température, permet à l’utilisateur de prendre plus ou moins de hauteur. L’analogie peut être faite ici car c’est le même phénomène dans les océans mais avec des différences de températures bien moins importantes évidemment. Cette modification de température au niveau des zones dites chaudes vont donc avoir tendance à faire augmenter en hauteur une certaine proportion de nappe des océans et les zones froides vont jouer le rôle de l’ambivalence. Le schéma ci-dessous résume bien ce phénomène physique très intéressant et utilisé pour nombre d’applications.

 

Résultats de recherche d'images pour « mouvement de convection eau »

Ayant cette assise théorique, regardons maintenant les faits. On parle de plusieurs milliers de mètres cubes d’eau à la seconde pour la vitesse volumique des nappes océaniques. (Rappel pour ceux ayant séché leur cours de 4ème : 1000kg d’eau correspond à 1m3)

 

 

Ces courants océaniques sont un peu plus présents dans l’océan atlantique-indien que dans le pacifique car ce dernier est naturellement moins salé que celui bordant les côtes. Une explication simple des scientifiques pour analyser cette différence de salinité est en lien avec le fait qu’il y a des quantités d’eau non-négligeables sous forme de pluies atteignant l’océan pacifique en partance de l’atlantique. Le sel n’étant pas inclue dans ces pluies, la densité saline devient plus importante naturellement dans l’océan atlantique du fait de la constante teneur en sel et de la baisse de la teneur en eau.

Ci-dessous, on peut voir les principaux courants océaniques.

 

Résultats de recherche d'images pour « courants océaniques »

En rouge, les courants chauds, en bleus, les courants froids et en noirs, les courants dits intermédiaires.

Des reportages sur des sites d’hébergements de vidéos sont disponibles si vous voulez avoir plus d’informations à ce sujet mais nous allons finir ce petit article par une hypothèse avancée par une hypothèse scientifique quant à la suite temporelle de ces courants marins. Ce phénomène de la thermohalinité est uniquement possible avec des valeurs de salinité. Toutefois, le réchauffement climatique de la planète rend les choses plus catastrophiques à l’avenir. En modifiant la quantité d’eau liquide présente dans les océans, suite à la fonde des glaces au niveau des pôles, la densité saline ne serait plus suffisante (hypothèse des scientifiques) pour mettre en mouvement ce tapis roulant. Ce blocage entrainerait selon plusieurs sources une quantité non négligeable de phénomènes physiques comme un grand refroidissement ou encore la perte de repères pour certaines espèces animales car ces courants sont en réalité des routes de migrations pour les baleines pour ne citer qu’elles.

Résultats de recherche d'images pour « baleines »

 

Encore une fois, le réchauffement climatique pourrait encore intervenir dans cette symbiose naturelle et cette hypothèse à prendre en considération car elle prend le contre-pied de la pensée actuelle. En effet, avec l’arrêt de cette circulation viendrait une vague froide que l’Europe a déjà subi plusieurs fois selon les météorologues.