« Les chatons d’Or » est un festival de créativité créé il y a 7 ans par Laurent Allias, qui est également co-fondateur de l’agence de publicité Josiane. Le concours est ouvert à tous, quelque soit le cursus en cours. Ainsi, que vous soyez artiste, étudiant ou encore membre d’une association, toutes les idées sont les bienvenues. Nicolas Becqueret, directeur d’e-artsup et ex-juré des Chatons d’or a accepté de répondre à nos questions. 

Pouvez-vous vous présenter ?
« Je suis Nicolas Becqueret, Directeur de l’école E-artsup présente sur sept régions de France – Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Toulouse -. Je collabore notamment avec Laurent Allias, le créateur du concours « Les Chatons d’Or » au sein de l’école. Le travail des Chatons d’Or est de donner la parole et la place aux jeunes créatifs que nous nommons « chatons », en référence aux Lions d’or de Cannes. Il s’agit de permettre aux plus jeunes de montrer ce qu’ils savent faire, de leur donner l’opportunité d’être jugés et d’être repérés par des professionnels de la communication. Les thèmes du concours reflètent les créatifs au service de la société »

Parlez-nous du festival
« C’est une soirée festive ouverte à tous, l’inscription se fait en ligne. La fin de journée s’articule autour de conférences, d’ateliers et de remises de prix entre passionnés de création sans barrière à l’entrée. Tous ceux qui ont envie de se nourrir de la création sont les bienvenus dans ce cadre chaleureux. Il y a de la compétition, mais il y a aussi de l’échange et du partage autour des créatifs. »

Comment s’est construite l’idée du concours ?
« Au sein de l’établissement, nous proposons plusieurs modules de formation dont un qui s’intitule « Les chatons d’or », afin de permettre aux étudiants de gagner des prix. E-artsup est d’ailleurs l’école qui a remporté le plus de prix l’année dernière, ce qui témoigne du talent, de la créativité et de l’envie de ces jeunes. Grâce au concours, ils sont reconnus pour leurs qualités et bénéficient d’une aide professionnelle. Cette expérience les a rendus plus forts, et constitue un indicateur professionnel de la qualité de leur production, ce qui leur facilitera l’accès au travail ».

Pourquoi avez-vous accepté d’être juré ?
« Accompagner Laurent Allias dans ce projet, c’est donner la parole aux jeunes lors d’une soirée ouverte. En tant qu’école, on accompagne et valorise le travail des jeunes en les accompagnant, mais aussi par le biais d’un réseau de professionnels et d’aides financières. On parle ici d’un partenariat au sens fort, car c’est un travail collectif, on travaille ensemble. »

Selon vous, pourquoi un tel concours est-il important ?
« Pour donner aux talents de la visibilité médiatique. Il y a plus de trois mille créations déposées et seule une trentaine sont sélectionnées, ce qui veut dire qu’il y a aussi des talents dans nos écoles. Le fait de pousser les étudiants à y participer est motivant pour eux et leur donne la chance de montrer ce qu’ils savent faire. Tout le monde y est gagnant, d’où l’importance de ce concours. »

Qu’est-ce qui fait qu’une production se démarque d’une autre ?
« Une production qui se démarque des autres est originale. On s’adresse à un jury de professionnels de la communication, alors quand une idée est déjà utilisée, elle est éliminée d’office. On recherche la bonne idée et la bonne exécution, bien que l’exécution moyenne puisse être valorisée si l’idée est bonne. »

On arrive à la fin de cette entrevue, avez-vous un petit mot pour la fin ?
« Si vous avez de bonnes idées, des gens sont là pour les écouter, pour améliorer le monde de demain. Nous avons même une catégorie uniquement avec des idées ! »

Pour les intéressés, vous pouvez déposer vos candidatures jusqu’au 13 mai 2018 ici .