Bien que dorénavant consommé dans la vie de tous les jours, le thé traîne derrière lui des siècles de traditions qui ont fait le tour du monde. Cette plante, originaire de Chine et importée en Europe par les Néerlandais au dix-septième siècle, a tellement émerveillé le monde qu’elle est la deuxième boisson la plus consommée de nos jours. Outre son goût réputé, on lui vante de nombreuses vertus pour la santé. La cérémonie du thé revêt dans certains pays asiatiques comme un manteau de solennité qu’il serait dur de s’imaginer en France. Elle fait partie du monde des Arts, au même titre que la calligraphie ou la poésie. Dans d’autres pays, il est gage de convivialité et d’hospitalité.

 

La Chine, le berceau du thé

 

La consommation de thé en Chine remontre bien avant notre ère, et il semblerait que la première mention écrite de cette plante remonte à -350. Il était alors utilisé à des fins médicinales. Depuis, de nombreuses traditions et coutumes se sont développées autour du thé et de son utilisation. L’histoire du thé en Chine est fascinante et ne peut se résumer en quelques lignes, en voici une détaillée et bien expliquée. On y apprend par exemple qu’au dix-neuvième siècle, les Anglais (que l’on sait très friands de cette boisson), qui avait alors établi peu de contacts commerciaux avec la Chine, troquèrent l’opium cultivé en Inde (qui appartenait à l’Empire britannique) contre du thé. L’opium étant illégal en Chine, cela arrangeait beaucoup de monde. Mais dans la Chine d’aujourd’hui, ce sont surtout les maisons de thé qui témoignent de la place centrale qu’occupe le thé dans la vie quotidienne des Chinois. On y vient pour se détendre, jouer à des jeux, rencontrer des gens… Dans chaque région, les maisons de thé ont leur particularité.

Le Japon, une occasion cérémonieuse

 

Au Japon, les gardiennes de cet art ancestral sont les geishas. Elles fascinent depuis des centenaires par leur grâce discrète auréolée d’une sorte d’aura mystique. Tout au long de leur formation, elles perfectionnent leur maîtrise de la cérémonie du thé qui est régie par de nombreuses règles tacites également connues des invités participant à la cérémonie. Si le sujet des geishas vous intéresse, je vous conseille vivement de lire Geisha de Arthur Golden (qui a aussi été adapté en film). On y apprend tout de la formation qui fera d’une jeune fille une geisha accomplie.

Les russes, tout dans la convivialité

 

Acheminé en Russie par les Mongols, c’est à Moscou que s’est développée la tradition du thé. Là-bas, on aime saupoudrer son thé noir d’écorces d’agrumes (tels le citron ou la bergamote) et de toute autre chose qui ajoutera de la douceur à sa boisson afin d’en atténuer l’amertume. On ne peut cependant pas qualifier l’heure du thé de cérémonie : on le boit quand bon nous semble, et c’est tout simplement l’occasion de se retrouver afin de passer un bon moment. Le thé est préparé dans un samovar, théière emblématique du pays qui garde le thé au chaud pendant de nombreuses heures. De nombreux écrivains du dix-neuvième siècle évoquent l’heure du thé dans leurs œuvres, preuve qu’il occupait déjà la place qu’on lui connait aujourd’hui dans la vie quotidienne.