Le retour mitigé de Kery James 

L’inspiration du 1er single de Kery James « PDM » (ou « Pays de Merde ») avec l’excellent Kalash Criminel vient de propos aux relents racistes du président américain Donald Trump lors d’une réunion en janvier 2018 avec des parlementaires à la Maison Blanche sur l’immigration. Il avait qualifié plusieurs nations africaines, Salvador et Haïti de « pays de merde ».

Tout d’abord, le style musical de PDM est dans la tendance Trap actuelle et l’instrumental est bonne et adapté. De plus, l’alliance énergique et efficace avec Kalash Criminel, selon moi, est le seul moment où le morceau prend de l’envergure et des belles sonorités avec ses gimmicks « sauvage, sauvage ».

Le clip réalisé par Leila Sy est très recherché et propre, PDM passe beaucoup mieux avec les images que sans ! Kery James nous fait un cours d’histoire des Etats-Unis « Trump, interroge les amérindiens. Ton pays chéri, ils diront que c’est un pays d’merde ».

En effet, le clip le montre bien du massacre des amérindiens « là où on peut parler de génocide. Femmes, vieillards et gamins » en passant par l’esclavage « descendant d’africains. Je ne rêve plus d’être américain », la guerre du Vietnam « pose la même question aux vietnamiens, les Etats-Unis ils diront que c’est un pays d’merde », la guerre en Irak « j’ai vu, plus menteur que le dealer de ma rue, Colin Powell à l’ONU » aux violences policières contre les afro-américains « Sterling, Alton, Michael, Brown, aux Etats-Unis pour un flic tuer un nègre est la norme ». L’artiste passe en crible et fait une critique globale de l’Amérique « Quel est le pays d’merde ? ».

Ceci a un effet négatif sur le son car il est tellement descriptif car il vulgarise avec l’aide de l’instrumental sur le fond le message passe très bien mais c’est pauvre en rime « trumpé, tu t’es trumpé ». L’auditeur (que je suis) comprend ce qu’il dit mais dans le même temps il ne rappe plus, il slamme et la musicalité du morceau est nié.

Enfin, je trouve que ce 1er extrait de son prochain album J’Rap Encore assez léger, (très) décevant et faible au vu de sa grande carrière. Un rappeur peut s’adapter à la tendance actuelle mais il ne doit pas se dénaturer ; c’est le cas de PDM. Je forme le vœu que son prochain projet Kery James redevienne Kery James.