Le Festival interceltique de Lorient

 

Ce festival existe depuis plus de 40 ans, il est devenu l’un des plus grands événements culturels d’Europe. C’est également l’une des manifestations qui dérive de l’interceltisme qui est une idée né au XIXe siècle qui visent à resserer les liens entre les différents pays qui ont conservé une culture d’inspiration celtique.

L’interceltisme est une conception culturelle et politique qui provient de la civilisation celtique antique. Durant les derniers siècles qui ont précédés notre ère, une vaste civilisation s’est développée en Europe. Cette dernière à très rapidement englober l’Armorique. Ce développement se heurte rapidement à l’expansion de Rome qui peu à peu s’empare des territoires celtes.

Au début du Moyen Age plusieurs peuples celtes à l’ouest de l’Europe développe une nouvelle culture originale à laquelle la péninsule armoricaine devenu auparavant Bretagne y est intégré.

Au XIXe siècle, les quelques régions européennes où sont parlées des langues celtiques (Bretagne, Cornouailles britannique, Écosse, île de Man, Irlande et pays de Galles) voient se développer des mouvements régionalistes ou nationalistes qui mettent en avant ce caractère celtique.

Entre ces pays on distingue deux langues distinctes la première celle dite brittonique qui comprend la Bretagne, la Cornouailles et les pays de Galles. La deuxième langue dite gaélique. D’ailleurs il existe des similitudes entre de nombreux mots communs entre le breton et le gallois comme par exemple la manière de compter.

 

Premiers échanges interceltiques

 

A l’époque Moderne l’interceltisme devient une affaire d’intellectuels et d’érudits. En 1838, une délégation bretonne est reçue lors de l’Eisteddfod, le grand rassemblement culturel gallois. Trente ans après cette délégation les Bretons organisent un Congrès celtique international en 1867 à Saint-Brieuc. Les Bretons de l’époque sont marqués par la querelle autour du Barzaz Breiz de La Villemarqué.

Durant le XXe siècle les retrouvailles entre les différentes nations celtique devienne régulière quand est créé le congrès panceltique qui est aujourd’hui est devenu le congrès celtique. Malheureusement la première Guerre mondiale interromps pendant un temps ses rassemblements, notamment lorsqu’une partie de l’Irlande se soulève en 1916. Ce soulèvement a permis à l’Irlande d’obtenir un Etat libre dans les années 1920.

 

L’interceltisme de ce début du XXe siècle influence le mouvement culturel breton dont quelques membres vont finalement créer un Corsed des druides, bardes et ovates de Bretagne sur le modèle bien connue à l’époque du néodruidique gallois.

Pendant l’entre deux guerres ce Corsed animé par des personnalités comme Taldir Jaffrennou prend des initiatives interceltiques. Le Corsed et Taldir Jaffrennou sont à l’origine du premier festival interceltique en Bretagne qui se déroule en 1927 à Riec-sur-Belon.

 

Brest perd ses cornemuses

A la suite de la Seconde Guerre mondiale les Bretons vont intégrer deux instruments venus d’outre-Manche il s’agit de la harpe celtique et la grande cornemuse des Highlands. Ces instruments étaient pratiqués par quelque pionnier avant la guerre.

En 1943 est créer le Bodabeg ar sonerion (BAS) qui est l’union des sonneurs qui sera un renouveau musical breton. A la suite de la création du BAS est créé à la fin des années 1940, les premières « cliques » de sonneurs bretons sur le modèle des pipe-bands écossais. Ils vont rapidement prendre le nom de bagadoù, qui signifie  « groupes » en breton. Rapidement une manifestation s’installe à Brest sous le nom de « festival international des cornemuses » afin de départager le BAS est les bagadoù.

 

 

Le Festival interceltique de Lorient

Le festival quitte ainsi Brest et s’installe à Lorient à partir de 1971. Le festival international des cornemuses devient rapidement le festival interceltique de Lorient. Ce changement est dû sous l’impulsion de Jean-Pierre Pichard qui va diriger le « FIL » jusqu’en 2000.

Comme il peine à recevoir des subventions du ministère de la culture, il a l’idée de se tourner vers l’Irlande et les autres pays celtes pour financer la manifestation qui devient rapidement une vitrine pour la culture bretonne mais également pour les autres musiques celtiques. Le public breton découvre ainsi les grands noms de la musique irlandaise, écossaise ou galloise. Une chanteuse cornique, Brenda Wootton, elle devient un membre majeur du FIL.

En 2010, le festival interceltique de Lorient va fêter ses quarante ans. Ses organisateurs revendiquent près de cinq cent mille visiteurs, ce qui en fait l’un des plus grands événements culturels européens. Créé par des historiens et des érudits passionnés, l’interceltisme moderne a servi à maintes reprises de laboratoires d’idées en Bretagne. Grâce au festival de Lorient, il est aussi devenu un moment de convivialité et de fête, ce qui lui a permis de conquérir un vaste public.

 

Tous les ans le festival interceltique met à l’honneur un pays celte. En 2017, l’Australie sera mis à l’honneur.