Bien que l’on ait récemment vu émerger quelques films et séries originales au retentissement international se démarquant du paysage dominé par les productions anglophones, comme les séries « Elite » ou « La Casa De Papel » peu de productions européennes réalisent une telle performance.

Pourtant, des cinéastes talentueux, aux thématiques tantôt engagées, tantôt plus légères, réalisent bon nombre de films en langue française ou allemande. Malheureusement, ils n’auront souvent qu’une exposition limitée, faute de moyens ou communication.

Afin de promouvoir dans l’Est de la France le cinéma allemand, l’Alsace organise depuis 14 ans le festival Augenblick.

Le principe est simple : pendant plus de deux semaines (du 06/11/2018 au 23/11/2018 pour la dernière édition), plusieurs cinémas de différentes villes d’Alsace proposent des séances à prix unique nous permettant de découvrir différents films allemands. Pour 4,50 euros, nous avons la possibilité de visionner plus de 20 films, aux thématiques et genres variés.

Ces derniers vont du film pour enfant au film historique (sur la fin de la Seconde Guerre Mondiale ou vivre en RDA) en passant par des comédies légères à l’humour parfois décalé. C’est aussi l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des réalisateurs reconnus, comme Andreas Dresen. Son film « Halt auf freier Strecke » (« Pour lui » en français) avait été sélectionné au Festival de Cannes en 2011.

C’est ce film poignant et très émouvant que j’ai choisi d’aller voir au cours de ce festival.
Dresen nous raconte l’histoire de Frank, marié à Simone et père de deux enfants, Lili et Mika. Alors qu’il souffre de maux de tête récurrents, les médecins lui diagnostiquent une forme rare de tumeur très agressive et non opérable dans son cas : le glioblastome.

La sentence tombe : il lui reste tout au plus 1 an à vivre, s’il suit des séances de radiothérapies couplées à une chimiothérapie. Cette dramatique nouvelle va ébranler le mode de vie de la petite famille, qui va décider de tout faire pour rendre la nouvelle vie de Frank agréable et de se battre, pour lui, jusqu’au bout.

La réalisation de Dresen couplée à des acteurs investis et attachants nous fait vivre de nombreuses émotions au cours du film, captivant du début à la fin. C’est sa capacité de retranscrire au cinéma ces émotions, basées sur des relations humaines et sociales, qui à valu le prix « Un autre regard » au film à Cannes.

Ce genre de séance permet par ailleurs, pour ceux apprenant l’allemand, de découvrir de nouveaux mots de vocabulaire et expressions, ce que j’ai particulièrement apprécié. Pas de panique pour autant, le film (comme tous ceux du festival), est entièrement sous-titré en français.

Mais c’est également l’initiative et le message du festival que j’ai trouvé pertinent : ce n’est pas parce qu’une production n’est pas anglophone qu’elle est en dessous ou inaccessible !

A l’heure de la mondialisation, découvrir de nouvelles cultures cinématographiques me semble autant, voire plus enrichissant, que de consommer sans cesse les productions américaines qui peuvent être bien moins intéressantes. Pour ceux intéressés, n’hésitez pas et rendez vous l’année prochaine pour la 15ème édition du festival !