Le DOUR, le festival de techno belge planté au milieu d’un champ d’éoliennes


 

L’été est la saison des festivals. Et l’époque contemporaine a fait de l’électro et de la techno des styles musicaux de référence. Rares sont les festivals où on ne compte pas une scène consacrée à ce genre musical (sauf peut-être au Hellfest !).

 

Chaque année depuis 30 ans se tient près de la ville de Dour, en Belgique, un festival assez réputé. Le Dour Festival est connu pour deux particularités :

 

D’une part, son emplacement. Le festival, que ce soit le camping ou les scènes, se situe au milieu d’un champ d’éoliennes. Le résultat est assez impressionnant, surtout lorsqu’il est 3 heures du matin et que l’on a l’esprit un peu vagabond…

 

D’autre part, sa line-up, qui ferait frissonner n’importe quel·le fan de techno, et qui, de fait, déplace les foules : nombreux·ses sont les Français·es, les Allemand·es et autres européen·nes à faire le trajet pour assister à l’événement, alors pourtant que des festivals assez similaires existent chez elleux. Cette année, il n’y avait pas moins que Mr Oizo, Diplo, Paula Temple, Paul K, Fakear, Odesza, Polo & Pan, Ame II Ame, Agoria, Dj Tennis, Brechja, Daniel Avery, Bodzin, Amélie Lens, ou encore le pionnier Robert Hood. On comprend pourquoi les places se sont vendues comme des petits pains…cette année, le festival a accueilli près de 300 000 mille festivalier·es !

 

Lucie D.

 


Crédits photos : http://blog.lesoir.be/frontstage/2018/07/15/dour2018-228-200-festivaliers/