C’est l’un des animaux de compagnie préférés, et il vous le rend bien ! En effet les chats auraient des propriétés bénéfiques pour leurs propriétaires (enfin une bonne raison de justifier l’utilité d’un chat lorsqu’on vous dit qu’il ne fait rien contrairement aux chiens), et ces études sont menées très sérieusement même si certaines peuvent paraître bien surprenantes. De la baisse de stress aux guérisons de fractures osseuses, ces petites boules d’amour prennent soin de nous sans même le savoir :

 

Bénéfique pour le cœur :

Ce sont des chercheurs de l’Université de l’Institut de l’AVC du Minnesota à Minneapolis qui ont finit par découvrir, après plusieurs études, que 30 % des propriétaires de chats sont moins susceptible de mourir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébrale que ceux qui n’en ont pas.

 

Bénéfique pour la tension artérielle et pour lutter contre le stress :

Cette étude menée par l’Université de l’Etat de New-York nous montre que caresser un chat à un effet apaisant et qui baisse la tension artérielle. Par la même occasion, vous réduisez votre niveau de stress en le câlinant !

 

Bénéfique dans le renforcement des os :

Cette théorie qui paraît un peu loufoque est tout à fait véridique d’après Shawn Simons, fondateur de l’association « Charm School Kitty Bungalow » qui est à but non lucratif. Comment est-ce possible ? Grâce aux ronronnements de votre petite bête ! Le ronronnement a un rythme particulier  vous aide à vous recentrer, et cela fonctionne encore mieux si vous le prenez dans vos bras lorsqu’il le fait.

 

D’ailleurs il existe carrément une thérapie inventée par Jean-Yves Gauchet, vétérinaire toulousain. Cette dernière appelée « Ronron Thérapie ». Comment cette idée lui est venue ? Il répondit : « Tout a commencé en avril 2002. J’étais en quête d’informations pour Effervesciences, la petite revue scientifique que je dirige sur le Net. Je suis tombé sur une étude d’Animal Voice, une association de recherche qui étudie la communication animale. Elle a repéré, statistiques à l’appui, qu’après des lésions ou des fractures, les chats ont cinq fois moins de séquelles que les chiens, et retrouvent la forme trois fois plus vite. D’où l’hypothèse d’une authentique action réparatrice du ronronnement : en émettant ce son, les chats résistent mieux aux situations dangereuses, puisqu’ils peuvent le faire aussi lors de situations de stress intenses. »

Et les résultats de cette thérapie sont surprenants puisque les deux cent cinquante « cobayes » ont ressenti un bien-être, de la sérénité, une plus grande facilité à s’endormir. Les vibrations sonores correspondent à 50 hertz, qui est la même fréquence utilisée par les kinés, les orthopédistes, et en médecine du sport pour réparer les os brisés, les muscles lésés et accélérer la cicatrisation.

Écouter un ronronnement déclenche une production de sérotonine, appelée généralement « hormone du bonheur », impliquée dans la qualité de notre sommeil, mais aussi de notre humeur.

Crédit photo : https://www.pinterest.fr/pin/491807221785584927/

Les chats sont donc nos meilleurs alliés pour notre moral et nos douleurs physiques, ce qui, à mon humble avis, est une excellente raison pour en (r)avoir un !