Les Etats Unis, une terre de liberté et d’opportunités ? Pas si sûr à en croire les récents évènements … Le rêve américain est il mort ? Peut être pas pour tous, mais pour les femmes ça m’a l’air mal barré. Pas de panique, mesdames vous pouvez dès à présent souscrire à une « assurance viol » grâce au Texas.

 

Depuis 1973, l’avortement n’est plus illégal aux Etats Unis, mais cela n’empêche pas les Etats de trouver des façons de contrer l’avortement… En Amérique du nord, chaque Etat a la possibilité de plus ou moins faire ses propres lois, voilà comment le gouvernement du Texas a récemment signé une loi excluant l’avortement des assurances maladies (privées et publiques). Les Texanes se verront donc obliger de souscrire à une assurance spécifique pour que leur avortement soit pris en charge.

Cette loi c’est la House Bill 214, surnommée la loi de « l’assurance viol » par les démocrates (les gauchistes), par conséquent même en cas de viol, inceste ou malformation sévère du fœtus, une femme ne pourra pas avorter sauf si elle a souscrit à une assurance spécifique. Sachant que pour le moment ce genre de mutualité n’existe pas encore …  Aberrant n’est ce pas ?

 

Le gouverneur du Texas Greg Abbott, John Smithee de la Chambre des représentants texane le sénateur Brandon Creighton (Trois hommes passant une loi sur l’avortement des femmes). via twitter

 

Un Etat très républicain et aux valeurs catholique, qui défend cette loi pour « être sûr qu’aucun Texan ne soit jamais obligé de payer pour une procédure qui ôterait la vie à enfant non-né » (procédure payer à travers les taxes des contribuables Texan et l’argent publique). Notons qu’ici le terme fœtus n’est pas employé, mais le terme « enfant » …

Le côté de liberté économique est mis à avant par les politiciens, en effet pourquoi quelqu’un devrait il payer pour quelque chose dont il est contre ? Pourquoi un homme paierait il pour quelque chose qu’il ne connaîtra jamais ? Sauf qu’à réfléchir comme ça on finit par tourner en rond : pourquoi payer pour la sécurité sociale alors qu’on n’est jamais malade etc …

www.prolife.com

Une femme devra donc s’acquitter d’un montant pouvant aller jusqu’à une centaine d’euros par an pour être assurer … Une loi qui mettra encore une fois la responsabilité et la faute sur la femme en cas d’agression sexuelle, ou même dans le cas d’une grossesse « par accident ».

Choquant pensez vous ? Pas tant que ça pourtant en Amérique du nord, beaucoup d’Etats américains empêchent les assurances publiques de couvrir les avortements (et pour certains Etats, également les assurances privées) : l’Idaho, le Kansas, le Kentucky, le Missouri, le Nebraska, le Dakota du Nord et l’Oklahoma.

L’avortement reste encore un sujet tabou et de honte pour beaucoup de personnes aux Etats Unis, c’est pourquoi beaucoup de femmes ne passent pas par leur assurance pour avorté de peur d’être fichée et stigmatisée.

Sachant que selon le magazine Slate, un avortement peut couter plusieurs centaines de dollars s’il est réalisé tôt, mais plusieurs  milliers de dollars si une intervention chirurgicale plus poussée est nécessaire…

 

«Cette loi dit aux femmes qui ont été violées qu’elles auraient dû le prévoir et acheter une assurance spéciale», a déploré la sénatrice démocrate Gretchen Whitmer. «Ne vous y trompez pas, ce n’est pas une initiative citoyenne. C’est seulement le rêve pervers devenu réalité d’un groupe d’intérêt.»