Ces dernières semaines, le sujet majeur de l’actualité a été l’affaire Weinstein. De nombreuses célébrités ont commencé à dénoncer le harcèlement sexuel dans le milieu du show business. Mais ce ne sont pas que les actrices, journalistes, chanteuses… qui sont touchées. Il s’agit bien d’un problème qui touche toutes les femmes !

Pour les femmes en général cela se manifeste entre autre dans les rues, on parle d’Harcèlement De Rue (HDR).

L’expression est utilisée pour englober tous types d’acte d’objectification sexuelle (sifflement tentative de séduction, remarque déplacée, etc.) ayant lieu dans l’espace public. 

Nous assistons à une prise de parole des femmes, grâce notamment aux différents hashtags #Balancetonporc, #Metoo, où les femmes racontent les expériences sexistes qu’elles ont subies. C’est en lisant tous ces témoignages que l’on se rend compte à quel point le sexisme est omniprésent dans notre société et que les hommes minimisent l’impact de leurs actes.

Etant moi même une personne du sexe masculin, j’ai posé quelques questions à l’association Stop Harcèlement De Rue pour mieux comprendre la situation de la femme.

Qu’est-ce que le harcèlement de rue?
Le HDR rassemble tous les comportements visant à interpeller, menacer, insulter, humilier les personnes en raison de leur sexe, genre ou orientation sexuelle dans l’espace public. Il englobe le sifflement ou autres bruits de bouche, klaxon, attouchements, le fait de suivre…
Quelles sont les conséquences pour les femmes?
L’impact psychologique est très lourd puisque selon certaines enquêtes, cela joue sur la liberté de déplacement (certaines femmes changent de trottoir ou ne sortent plus seules), de s’habiller, la peur permanente d’être abordée…
Pouvez-vous présenter votre association, vos actions, vos objectifs?
Notre association de loi 1901 a été créée en 2014. Elle a pour objectif de lutter contre le HDR et de sensibiliser l’opinion publique sur ce phénomène via des interventions scolaires, des animations dans les transports publics, les rues, les bars…
Que pensez vous des projets de lois contre le harcèlement de rue de Marlène Schiappa?
Projets de lois qui concernent la verbalisation d’une personne prise en flagrant délit d’harcèlement de rue.
Nous pensons que donner un cadre légal au harcèlement de rue est aujourd’hui essentiel. Il permet aux victimes de faciliter leurs plaintes et de le reconnaître comme pénalement punissable. Cependant, nous estimons que la verbalisation est une fausse bonne idée. Il est aujourd’hui irréalisable pour un harceleur d’être pris en flagrant délit et pour la victime de prouver qu’elle a été harcelée à moins d’avoir un-e agent-e de police à ses côtés. De plus, le harcèlement de rue est partout, où déployer les agent-es de police pour qu’ils-elles soient au bon endroit au bon moment ?
Quelles pourraient être les solutions pour lutter contre le harcèlement de rue?
L’éducation populaire est notre propriété. Il est nécessaire d’éduquer les gens à l’égalité homme femme notamment dans l’espace public.
Que pensez-vous de l’ampleur qu’a pris l’affaire Weinstein? Assistons nous à une libération de la parole des femmes et à une prise de conscience générale?
En effet, les femmes aujourd’hui, trop en colère, et via les médias et les réseaux sociaux, font entendre leur voix et dénoncent publiquement ce qui a été enterré depuis trop longtemps, ce qui est une très bonne chose. Beaucoup de personnes, notamment des hommes, réalisent l’ampleur du problème effectivement. Nous espérons aujourd’hui que cela aidera à freiner les harceleurs.