Actuellement, les technologies évoluent très vite mais dans le segment des smartphones nous ne voyons pas vraiment de nouveauté. Prenons comme example les marques comme Apple et Samsung. Tout les ans nous voyons un nouveau iPhone ou galaxy S, le design change de temps en temps et de très peu, en général ils nous proposent un téléphone avec plus de RAM, meilleur processeur, etc.

Il y a toujours des gens qui cherchent le dernier cri, mais est-ce qu’il y a vraiment un intérêt ? Est-ce qu’on va avoir des problèmes avec notre téléphone si on le change pas au bout d’un an ? Bien sûr que non. Même les nouvelles application ou jeux qui sont plus gourmands n’arrive pas à suivre et ne demande pas autant de puissance que propose les derniers téléphones. Si nous achetons un téléphone qui vient de sortir, nous pouvons au moins le garder pendant 3 ans et on pourra toujours se faire plaisir après.

Divers marques chinoises commencent de devenir très populaire grâce au fait qu’ils font des smartphones avec les caractéristiques presque identiques pour un tarif bien inférieure aux Apple et Samsung. La qualité reste au rendez-vous. Néanmoins Apple et Samsung gardent toujours la grande partie du marché. Ce qui pourrait vraiment attirer l’oeil c’est un smartphone qui ne rassemble pas à tous les autres. On peut voir comment la marque One Plus s’est fait critiqué quand elle a copié à 99% le design d’iPhone 7 Plus dans leur nouveau smartphone One Plus 5, alors que auparavant cette marque se positionner comme geek.

Néanmoins il reste des marques qui cherchent à créer quelque chose de nouveau. La marque chinoise Meizu vient de présenter leur nouveau Meizu Pro 7 et 7 Plus, la date de sortie prévue est le 13 septembre de cette année.

Pour une fois, Meizu a pris son temps pour renouveler son fer de lance. Les Pro 7 et Pro 7 Plus débarquent presque un an et demi après le Pro 6. On peut comprendre, car cette fois nous avons droit à une petite particularité. Elle avait fait l’objet de rumeurs depuis quelque temps et se trouve être un écran secondaire, placé au dos du smartphone. Cet afficheur repose sur une dalle Super Amoled de 2 pouces (≈5,1 cm, 240 x 536 px) et sert entre autres à afficher l’heure, les notifications, contrôler la musique ou prendre un selfie.

La question et de savoir si cette nouveauté est vraiment utile. D’autres smartphones ont alwaysOn display et on voit sur l’écran principale les notifications, etc. et si on veut déverrouiller le téléphone, ça se fait vite. Dans ce cas là, on voit les notification sur le dos, et si on veut déverrouiller le téléphone, il faut qu’on le retourne car le bouton principale se trouve sur la face. Le jour de sa présentation, les développeurs n’ont pas eu de suffisamment d’arguments pour nous donner envie de l’acheter pour cette nouveauté.

Si Meizu n’arrive pas de nous convaincre, le prochain pourrait surement. Red Hydrogen One – un smartphone avec écran « holographique ». Nous n’attendions pas forcément de Red, spécialiste des caméras 4k, qu’il dégaine un smartphone sans crier gare. Mais la promesse d’un nouveau genre d’écran et d’un concept modulaire tourné vers la production d’image nous intrigue.

RED, fabricant de caméras haut de gamme, a annoncé son intention de lancer un smartphone innovant en 2018, qu’il a d’ores et déjà baptisé Hydrogen One. L’une des particularités de ce dernier sera d’embarquer un mystérieux écran « holographique« , d’une diagonale de 5,7 ». Les technologies qui seront mises en œuvre autour de cet écran sont encore assez floues, mais RED parle de « nanotechnologies permettant de passer de manière fluide entre contenus en 2D, 3D et holographiques« . Sans en dire plus, Jim Jannard — fondateur de RED — a déclaré qu’il n’y avait « pas de bon moyen de décrire cet écran » et qu’il « faut absolument le voir pour comprendre de quoi il en retourne« . Il explique que cette technologie d’écran n’a jamais été vue auparavant, aguichant forcément notre curiosité.

Par ailleurs, ce smartphone sera pensé comme la base d’une expérience que l’on pourra compléter par l’intermédiaire de modules dédiés, avec un focus forcément mis sur la capture d’images. L’idée serait pour RED d’intégrer ce téléphone à sa gamme de produits pour cinéastes et au flux de travail de ces derniers. La partie sonore s’annonce également travaillée, puisque l’on nous parle d’une conversion de la stéréo vers un son « multidimensionnel » — le genre de promesses marketing desquelles il faut toutefois se méfier.

Pour l’heure, le design définitif de ce smartphone n’aurait pas été arrêté et ses spécifications techniques complètes restent inconnues. Tout juste sait-on qu’il tourne a priori sous Android, disposera d’un port USB-C et d’un emplacement pour cartes microSD, ainsi que d’une prise mini-jack. Et c’est à peu près tout. En revanche, les précommandes sont d’ores et déjà ouvertes sur le site de RED, ce qui permet de se faire une bonne idée du positionnement tarifaire de ce produit. Deux variantes sont proposées, l’une faite d’aluminium affichée à 1 195 $ et l’autre de titane à 1 595 $. Des tarifs élevés qui n’empêcheront pas, visiblement, le smartphone RED de se vendre comme des petits pains.