Bienvenue dans ce deuxième épisode de : La saga des couples 2.0

Après vous avoir défini la notion de couple, parlons des nouvelles technologies et notamment du web via son téléphone portable.

Internet, un mot qui a pris tout son sens depuis quelques années, que ce soit pour avoir des réponses à des interrogations, liker des photos, suivre des artistes, partager de la musique, faire des rencontres amicales/amoureuses ou même seulement sexuelles, retrouver des amis, échanger avec ces derniers… Je ne pourrais énumérer le nombre d’actions réalisables via le net.

De nos jours, on peut dire qu’il fait partie intégrante de nos vies. Effectivement, aujourd’hui en 2017, nous sommes très actifs sur le web. Nous sommes des milliers à posséder des comptes Facebook, Snapchat, Instagram, Tweeter, Periscope, Deezer, Adopte un mec, Gleeden, Meetic etc. Les ordinateurs étant peu pratiques, toutes ces applications sont téléchargeables sur son GSM pour ainsi être en relation avec l’extérieur H/24.

Mais avec cette ouverture, cette accessibilité et toutes ses possibilités de rencontres, le couple n’est t-il pas malmené ?

J’ai observé et essayé d’analyser comment internet apparaît dans les couples d’aujourd’hui.

Alors, internet est-t-il un problème pour l’avenir à deux ?

Bien évidemment, pour répondre à cette question qui en soulève d’autres, je me suis inspirée des visions de différentes personnes, des situations vécues dans le métro, dans la rue et d’articles réalisés à ce sujet.

Commençons par les réseaux sociaux,

Nous sommes des millions à posséder un ou des réseaux sociaux en France. Ils peuvent avoir un impact positif mais aussi très négatif dans nos relations amoureuses car oui, lorsque votre partenaire partage une photo où vous êtes ensemble, lorsqu’il/elle poste sur son mur quelque chose vous concernant, il/elle attend souvent de l’autre au moins un like ! Et gare à celui qui a vu la publication et n’a pas laissé son pouce. Vous pourrez dire : « Oh moi je m’en fiche », au fond, avouez- le, vous vous poserez des questions. D’autant plus qu’aujourd’hui,  tout est relié au téléphone portable qui est, il me semble, dans la poche de chacun.

N’y voyons pas que le négatif, ces publications peuvent aussi « entretenir » la flamme de votre amour et montrer à quel point vous êtes fier/ère d’être avec votre conjoint/conjointe. Les petites attentions d’hier ne sont donc pas les même que celles d’aujourd’hui. De plus, pour les personnes en couple, vous pouvez télécharger des applications telles que Happy couple qui propose 5 questions par jour auxquelles chacun répond de son coté et ainsi créer un petit jeu de séduction. Et aussi l’application Lok-lok où vous pourrez laisser à votre partenaire un petit mot sur son fond d’écran via votre téléphone.

Bien-sur, si on est fan des réseaux sociaux, il semble bien qu’ils prennent une place trop importante dans la vie des couples. Est-ce un bien, est-ce un mal ? C’est aussi une question de génération ! Alors attention de ne pas vivre ces relations amoureuses seulement à travers le prisme des réseaux sociaux. On peut vite passer à côté de la vraie relation à deux et vite interpréter des signes qui n’ont en fait aucune signification.

Continuons avec la situation amoureuse de Facebook,

Eh oui ! Facebook nous renseigne sur la disponibilité ou non grâce à notre situation amoureuse. Il est possible de notifier notre engagement en couple avec l’identification de l’autre personne. Mais est-ce vraiment une preuve d’amour ?

Ce geste à la base personnel, puisque nous sommes le principal sujet de notre page Facebook, devient à mon sens, lui aussi une pression supplémentaire qui peut parfois créer des conflits au sein du couple : « Quoi tu n’as pas mis en couple ?! Tu as honte de moi ?! ». Mais peut être que c’est simplement une volonté de discrétion…

De plus, on peut mettre son statut à jour avec « c’est compliqué » si l’on a envie de faire « rager » son partenaire ou donner un aperçu un peu plus intimiste, ou encore écrire être en « relation libre » un type de relation affichée et assumée même via facebook en 2017.

Si tous ces signes sur les réseaux sociaux sont importants pour certains couples, pour d’autres la discrétion est d’ordre. Là est l’importance d’avoir une définition commune sur le couple ce qui évitera bien des problèmes (Voir article 1 de la saga des couples 2.0).

 

Néanmoins l’aspect positif du statut en couple est qu’il  peut « protéger » car Facebook est aussi un nouveau moyen de rencontres et de dragues. Ce n’est certes pas le but de ce site qui n’a pas été conçu pour cela mais il est utilisé ainsi et ce via les petits likes, les commentaires ambigüs et mieux les message privés qu’il est même possible de rendre secrets jusqu’à 24h depuis fin 2016.

Ainsi, vous pourrez oser envoyer un message « éphémère » et même plus si affinité ;).

 

 

 

La drague et l’ère du net.

Cette nouvelle méthode via internet a même un nom, la « e-séduction » et c’est devenu la principale de nos jours. Ne trouvez-vous pas que cette tactique est devenue « normalisée » en 2017 ?

Cette e-séduction est pourtant une aubaine pour les plus timides. En effet, lorsqu’il est difficile pour certains d’arrêter une personne dans la rue pour lui manifester son intérêt par peur d’être éconduit, d’échanger en face à face car malheureusement l’aisance manque, il est vrai que l’écran joue un rôle important. On n’affronte pas le regard de l’autre de la même façon et celui-ci est parfois plus acceptable pour son ego à travers son ordinateur. Lorsque l’on ne plait pas sur des photos, on peut toujours dire : « Oui, mais je ne suis pas photogénique! », ou, « je n’’étais pas prêt. » etc. Il est vrai que l’on peut plus facilement valoriser sa personne via son PC.

N’oublions pas que taper sur un clavier permet d’anticiper ses réactions, de plus réfléchir à sa tournure de phrase, au sens des choses, mais cela ne favorise pas la spontanéité…Cependant, là ou la spontanéité gagne à coup sur, c’est lorsque que vous cherchez un coup d’un soir. Pas besoin de grands discours et au pire si ça ne fonctionne pas, au moins, la honte ne vous suit pas.

Une nouvelle culture: le « Hookup » appelée aussi la face caché du net.

« Hookup culture » vous n’en avez jamais entendu parler ? Ou c’est peut être une pratique que vous avez, sans connaître le terme utilisé aux States. C’est une culture de connexion qui accepte et encourage les rencontres sexuelles occasionnelles, y compris les stands d’une nuit et d’autres activités connexes, qui se concentrent sur le plaisir physique sans nécessairement avoir un lien affectif ou un engagement à long terme.

Alors il me vient une autre question,

Internet et l’extension des applications sur nos téléphones portables ne sont-ils pas l’une des causes de l’infidélité ? Une nouvelle porte ouverte à tous les possibles ?

Après quelques recherches je me suis arrêtée à une étude réalisée par François KRAUS Directeur d’étude de l’IFOP et Christophe SORET Directeur Général de Garçon magazine et Qweek magazine (lien ci-dessous) en 2015 auprès de 2005 personnes, représentatif de la population âgée de 18 à 69 ans résidant en France métropolitaine. A travers celle-ci, nous pouvons observer une montée en puissance des divers sites de rencontres et même avoir l’explication du pourquoi du comment :

« S’il y a encore une dizaine d’années, les usagers des sites de rencontre présentaient un profil beaucoup plus jeune et plus aisé que la moyenne les résultats de l’enquête révèlent que cette pratique s’est désormais élargie à toutes les couches de la population. »

Alors qu’en 2013 les sites de rencontre étaient orientés vers les personnes de 18 à 25 ans, aujourd’hui on peut trouver tous les âges connectés même si les plus jeunes restent les plus actifs. Tout est bon à imaginer pour une potentielle identification du consommateur à souscrire aux sites de rencontres sur lesquels on va peut-être trouver « chaussure à son pied », même si selon l’étude au final peu de membres semblent véritablement exclusifs. Voici la définition des profils de personnes étant inscrites sur les sites de rencontres selon la même étude:

« Si la plupart de ces sites sont destinés à des célibataires, ils sont fréquentés en réalité par un nombre élevé de personnes en couple pouvant être à la recherche d’un nouveau partenaire, d’aventures extraconjugales ou de relations virtuelles leur permettant par exemple de tester leur potentiel de séduction sans forcément aboutir à une relation. » Notamment, l’étude démontre que les applications téléchargeables sur notre téléphone portable a aussi toute son importance dans ce business :

Car en effet, on peu consommer sans modération et il est dur de se satisfaire lorsque l’on s’habitue à séduire constamment, même virtuellement. Tout de même, l’étude montre qu’il n’y aurait que 17% au total de rencontres qui aboutissent à un PACS ou au Mariage.

A chacun sa technique commerciale pour convaincre,

Meetic préfère l’axe de l’estime de soi où les imperfections deviennent un atout. Pour Gleeden, on joue sur une valeur morale, la fidélité, mais bon à ce qu’il paraît mieux vaut être heureux que fidèle. Adopte un mec choisit de mettre en avant une belle image à la fois classe, sophistiquée et authentique du type de personnes visibles sur leur site. Mais surtout on le voit partout dans le métro, dans la rue, à l’arrêt de bus et même dans Direct Matin …

Bien sûr, je ne nomme pas tous les sites existants pour faire une rencontre car aujourd’hui une multitude de sites et d’applications existent que vous soyez libertin, plutôt communautaire ou bien avec vos rêves d’histoire parfaite. A chacun son site, à chacun ses choix.

Aujourd’hui, il est donc possible même dans son canap’ pas lavé, les cheveux ébouriffés de prévoir  ses rendez-vous amoureux ou sexuels de la semaine. Comme si un marché de l’amour et du sexe était présent H/24.

Rien n’est tout blanc ou tout noir, alors je vous emmène à la réflexion en vous demandant : Est-ce que nos couples 2K17 sont aussi éphémères que nos réseaux sociaux et rencontres sur internet ?

BONUS, je vous partage cette petite vidéo d’illustration bien caricaturale mais fort drôle by Norman !