L’exemple du protoxyde d’azote

Le 7 août, avec les membres de notre collectif des Fédérateurs, de NewVO Radio, de la FCPE, l’UCNE, des citoyennes engagées, nous avons sollicité une entrevue avec la municipalité et avons été reçu par les Ateliers Santé de la ville.

Nous avons demandé des comptes concernant les actions prévues par la ville en s’appuyant sur les campagnes de sensibilisation qui ont déjà été faites dans les villes limitrophes des nouveaux maires récemment élus à Saint-Ouen et à Stains notamment.

La Ville nous a répondu que rien n’a été prévu à ce jour. Nous leur avons alors proposé notre aide dans une dynamique d’intérêt général de santé publique avec des propositions qui ont été réfléchies après une analyse et une étude auprès de professionnels de santé et un sentiment d’inquiétude grandissante de la population générale et unanime.

Dans le cadre de l’aide à la parentalité :

  1. Informer les parents avec un support de communication papier dès la primaire dans les carnets de correspondance afin de responsabiliser les jeunes parents aux risques de toutes les addictions et comportements qui en découlent,
  2. Un arrêté sur la vente aux mineurs dans tous les commerces du territoire,
  3. Une campagne itinérante et ou permanente dans chaque centre socioculturel, collèges et lycées de toutes les addictions incluant la consommation banalisée du protoxyde d’azote,
  4. La création de médiateurs spinassiens originaires de chaque cité afin d’aider les parents dans leur entreprise à sensibiliser leurs enfants dans la prévention de toutes les addictions.

Dans toutes ces discussions il a été question d’un point essentiel : l’ARGENT. Qui financera ?

Nous avons conclu sur ceci : « Chacun prendra donc ses responsabilités et récoltera les fruits, dans sa juste mesure, dans ce qu’il aura entrepris ou non pour l’intérêt général, habitants du territoire comme institutions ».

C’est pourquoi, le 22 août dernier, dans le cadre de la lutte des spinassiennes et spinassiens contre le protoxyde d’azote, cette nouvelle drogue dont les jeunes raffolent, à la cité de la Source nous nous sommes appuyés sur les réseaux associatifs et les acteurs locaux.

Ainsi nous avons mobilisés pour un clean challenge organisé par les habitantes et habitants soucieux de leur cadre de vie actuel et de leur avenir incertain (le bon vivre à la Source). Et afin d’interpeller les autorités compétentes (la Mairie d’Epinay-sur-Seine et Plaine Commune Habitat) concernant les risques liés à la consommation des « ballons » de protoxyde d’azote.

Notre objectif commun qu’ensemble nous faisons de la prévention santé notamment des familles et des jeunes une priorité à Epinay-sur-Seine.

Cartouches et bombonnes de protoxyde d’azote ramassées et collectées lors du clean challenge du 22 Août 2020 dans la cité de la Source.

Slimane Tirera spinassien engagé

*Photos by Manela Vesaphong photojournaliste