Strasbourg est aujourd’hui la première ville cycliste de France et même 4ème mondiale . Ca ne vous aura pas échapper, les vélos sont présents partout dans la ville, de la gare jusqu’à la Robertsau en passant par la Grande Ile surpeuplée de deux roues, les quartiers étudiants comme la Krutenau et Esplanade jusqu’à Kehl.

 

Face à ce flux abondant de cyclistes perpétuel, il y a plusieurs points compliqués comme les innombrables vols mais ce n’est pas le sujet ici. Plus compliqué, c’est la circulation des deux roues dans toute la ville. Et il faut dire que notre ville s’en sort plutôt bien.

En effet, la ville a récemment reçu la visite de la ministre des transports, Elizabeth Borne, qui a loué les idées dans les initiatives de ce mode de déplacement. Strasbourg est devenue reine dans cette discipline, et la ministre a même avoué vouloir s’inspirer des mobilités actives strasbourgeoises, dans le but de les diffuser à travers toute la France.

 » Strasbourg montre que le vélo peut être rapide, fluide, efficace »

Le but étant de réduire les 70% des trajets faits en voiture qui concerne seulement des itinéraires de moins de 3km. Une des force de Strasbourg sur ce domaine vient comme l’explique Véronique Michaud, secrétaire générale du club des villes cyclables est le grande nombre de places pour « garer » son vélo, et le savoir faire du « pédaler » appris à travers les « vélo-écoles ». La pratique nouvelle et de plus en plus à la mode des « vélo-cargo » permettant d’aller faire ses courses ou comme nombreux parents chercher ses jeunes enfants à l’école permettent une diminution de la voiture plus polluantes. De plus ces « vélo-cargo » bénéficient de plus en plus de place qui leur sont attribuées pour se garer, privilégiant son utilisation.

Si ce « vélo-cargo » est un investissement conséquent, de plus en plus de couples se prennent au jeu en vendant une voiture pour un de ces vélos qui se révèlent très vite avantageux financièrement.

Si notre ville est une pionnière dans le monde du cyclisme en France, durant la période de Noël les choses se gâtent. A cause du marché de Noël, la Grande Ile devient vite impraticable. Entre les touristes, les résidants et les baraques des marchands, le vélo n’est plus du tout utile, il faut même poser pieds à terre.

Grâce à une enquête réalisée l’an dernière, la mairie va encore une fois améliorer la vie des deux roues durant la période la plus pénible pour eux.


(lien du plan )

Durant le marché il y aura donc de nouveaux itinéraires indiqués pour les cyclistes, afin d’améliorer le concubinage de  la circulation et du tourisme hivernal. Le but étant à l’aide de 224 nouveaux arceaux ( temporaires pour la durée du marché ) de décharger la zone du marché du flux de deux roues.

Chaque entrée de le Grande Ile, va bénéficier de panneaux permettant aux cyclistes de suivre un itinéraire malin sans passer par les rues piétonnes et donc éviter un maximum de mêler cyclistes et piétons.

Le but étant donc de proposer aux vélos un meilleur itinéraire mais sans obligatoirement devoir faire le tour complet de la Grande Ile.

 

 

sources :
mise en avant
Photos et informations