Koba La D le meilleur espoir rap de l’année 2018

Tout commence en Essonne à Evry au bâtiment 7 du Parc aux Lièvres où il enchaîne des nombres de vues très important sur Youtube avec ses 5 freestyles Ténébreux.

Travailleur, Koba La D pose les jalons d’un futur grand du rap français dans son EP Ténébreux (5 freestyles + Double D) en mai 2018 où il est sombre et underground avec un flow unique entre mélancolie et ivresse. Dans le morceau Ténébreux #1, l’artiste d’Evry nous livre son état d’esprit « la vie d’charbon, des fois, c’est chiant, une petite dette peut coûter cher. Mes reufs deviennent de plus en plus méchant, depuis tout p’tit c’est l’argent qu’on che-cher ».

Fort de son succès, le jeune espoir d’Evry a sorti fin septembre 2018 son 1er album VII (référence à son immeuble du 7 Parc aux Lièvres).

En effet, dans ce projet, il aborde son ancien Train de Vie entre drogue et délinquance « j’suis passé d’plaquettes aux kilos, police va t’faire enculer. Si tu t’soucies du regard des gens, tu vas jamais y arriver. En peu d’temps j’leur ai tré-mon » et également dans La C « y’en a jamais assez, le pe-ra c’est lassant. Si dans trois mois j’ai pas percé, j’me remets à revendre de la C » et puis confirmé dans Oyé « on détaille plus au gramme, maintenant, c’est la frappe qui parle. Import-export, transac’ de peuf, récupère ton bénéf’ trois fois ».

Dans VII, plusieurs morceaux ont retenu mon attention, le premier c’est Moments Durs, Koba La D se livre « maman, t’as plus à t’inquiéter, j’peux tout porter sur mes épaules. Et y’a que le million d’euros pour récompenser ces années d’charbon ». Le second Suge où il parle de sa longue transition vers le rap « en vrai, les sous du rap font que j’m’éloigne de l’illégal. Et pour que je m’éloigne de l’illégal, fallait bien que j’récupère à chaque showcase ». Et le troisième (et le dernier son de l’album) J’en Veux où il a confiance en son talent et sa réussite « j’ai grandi maman, t’inquiètes n’est plus peur. Maintenant ton fils fait parti des plus forts. Personne pensait que j’aurai pu le faire. Et regarde je suis la tête du rap FR ».

Enfin, Koba La D est un artiste plein de talent, son univers musical est homogène et ténébreux, il varie les flows avec une facilité assez déconcertante pour son jeune âge. Dans ce projet, il y a qu’un seul morceau Seven Binks où il a invité ses amis du Seven Binks : Mafia Spartiate et Bolémvn. Ses performances vocales sont impressionnantes, il passe de l’aiguë au grave, du débit rapide à la lenteur saccadée, avec des textes « cru et dru » et des productions venues du garage du rap français aux sonorités plus ouvertes. C’est la révélation de l’année 2018 il s’appelle Koba La D !