Tables bistronomiques, comptoirs à tapas, salons de thé, toutes ces saveurs d’ici ou d’ailleurs se mêlent et vous attirent irrésistiblement vers l’un des 16 parcours gourmands parisiens. Pendant 3 soirs, du 24 au 26 juin 2015, les « Heures Heureuses » vous convient à arpenter les rues de Paris et à découvrir de jolies tables à un prix abordable de 2 euros la bouchée. Près de 400 adresses vous ouvrent les portes de leur cuisine atypique, et le tout saupoudré de musique et d’animations.

Le But ? Se faire plaisir, être « aware » comme le dit Jean-Claude Van Damme et se laisser emporter par un torrent de saveurs. Remplissez votre carnet de nouvelles adresses parisiennes alléchantes et programmez vos futures explorations entre potes !

Pour ma part, j’étais seule au début et j’ai fait par la suite la rencontre de beaucoup d’épicuriens qui apprécient la bonne cuisine, sur le pouce, distinguée, sans chichis, avec du goût et des produits très frais. Étant toujours au travail vers 20h, j’ai manqué le coup d’envoi à 18h des Heures Heureuses. Une fois le travail accompli, je me suis empressée de prendre ma voiture et de foncer aussi prudemment que possible pour arriver en un seul morceau sur mon premier parcours. Direction le 4ème arrondissement de Paris, parcours surnommé « des berges de Seine au haut des quais ».

Mosaique Hot-dog

Mosaique Hot-dog

Première étape le 56 rue du Roi de Sicile ; arrivée ric-rac au « Mosaïque Hot-dog », le passeport des Heures Heureuses en main, le couple devant moi a compris que je venais pour la même chose qu’eux, la dégustation d’un petit U.S Hot-dog. Le couple commande 3 hot-dogs comme si je faisais partie intégrante du groupe. On se partage alors le « typical » hot-dog américain, avec son pain moelleux associé à une saucisse de poulet, cornichons aigres-doux et oignons confits, plus moutarde, accompagné d’un Orangina au citron vert. Petite discussion avec le couple, autour de ce concept de dégustation sur le pouce qui fête sa 4ème édition. Une petite photo du restaurant s’impose juste avant de poursuivre mes découvertes gustatives aux côtés de ces 2 jeunes gens.

Pozzetto Salé, Charcuteries italiennes

Pozzetto Salé, Charcuteries italiennes

A quelques pas et en tournant à gauche, j’arrive sur le Pozzetto Salé, 16 rue Vieille-du-Temple. Aucune queue, j’arrive dans le restaurant/boutique très parfumé avec des décorations qui m’inspirent et me font saliver. 7 gros jambons fumés suspendus de Prosciutto di parma me tendent les bras, ainsi qu’une devanture de charcuteries italiennes avec bresaola, speck altoatesino AOP, mortadelle pistache et Parmigiano Reggiano, sans oublier les bocaux de sauce et de légumes du soleil, des vins et des thés…

Devant cette abondance de charcuteries, je reste figée quelques instants puis, je me dirige vers le comptoir et m’adresse à Danilo, mon hôte pour ce restaurant. Il me souhaite la bienvenue en italien et me tend une assiette avec une composition différente que celle initialement prévue. Le trio de bruschette laisse place à une mini-bruschetta, un mini-sandwich au pain blanc super moelleux garni de mortadelle fine comme de la dentelle, flanqué de sa salade de pâtes cuisinée à la méditerranéenne. Croustillant, fraîcheur et goûts sont au rendez-vous !

Pozzetto Sucré, pâtisseries napoletana

Pozzetto Sucré, pâtisseries napoletana

3ème étape, la découverte du Pozzetto Sucré. Vous avez le choix entre un granité ou une pâtisserie « napoletana » et son café. Je choisis le granité noisette et sa sublime fraîcheur ; d’ordinaire les granités de m’attirent pas car ils sont trop sucrés et ne se démarquent pas beaucoup du lot. Une fois encore, ce salon de thé est une bonne découverte, je viendrai à nouveau pour déguster des pâtisseries… mais également dans la rue du Roi de Sicile pour tester les « pastel de nata » de la boutique Comme à Lisbonne. Il paraît que ce sont les meilleurs de Paris.

Je poursuis ma course ou plutôt, je saute vers un autre parcours et prend la direction de la Rue de Turbigo, dans le 3ème arrondissement de Paris. Je cours et j’arrive une fois de plus de justesse au restaurant Gabe. Sourire aux lèvres, le chef cuisinier et ses deux serveuses m’accueillent et me proposent leur « Brooklynois ». Leur spécialité est le hot-dog et les pâtisseries américaines. Tout est fait maison.

Hot-dog "Le Brooklynois", restaurant Gabe

Hot-dog « Le Brooklynois », restaurant Gabe

Le mini-Brooklynois est un hot-dog cuisiné à la française ; il se constitue d’un pain aux graines de sésame croustillant et moelleux à la fois, d’une saucisse de porc fumée, salade, cornichon, oignon, tomate, sauce moutarde à l’ancienne et ketchup. Pour seulement 2 euros, vous avez un hot-dog aux saveurs incomparables et d’une qualité bien supérieure à la moyenne. Et ce n’est qu’une petite dégustation ! Pour finir mon repas, je cède à la tentation d’un cupcake Oreo, dont la consistance du gâteau ressemble à celle du moelleux au chocolat ; la crème chocolat Oreo est légère et peu sucrée… sans doute le meilleur cupcake que j’ai pu goûter actuellement ! Intriguée par le nom du restaurant « Gabe », je demande au chef cuisinier et patron du restaurant de m’expliquer son origine et ça symbolique. S’il s’est lancé dans l’aventure du hot-dog et des desserts U.S, c’est à la suite d’un voyage entre amis à New-York, où il a fait la rencontre d’un vendeur de hot-dog bien particulier, nommé Gabriel. Vous désirez savoir la suite de l’histoire ? Je vous donne alors rendez-vous une prochaine fois pour la découvrir, lors d’un reportage complet sur le restaurant.

Ce fut un petit parcours effectué en peu de temps, mais qui m’incite à répéter l’expérience l’année prochaine ! L’objectif des heures heureuses est de passer du bon temps entre potes et de goûter à une large palette de saveurs internationale.