Instagram est l’un des réseaux sociaux le plus utilisé par les jeunes avec Twitter. Créé par Kevin Systrom en octobre 2010 et développé par Facebook.

Disponible sur téléphone, tablette et ordinateur. Disponible gratuitement en 25 langues.

Réseau social

Ce réseau social met en avant les photos et des vidéos de millions d’utilisateurs particuliers et d’entreprises au quotidien. C’est un réseau social au même titre que Facebook, Snapchat, YouTube ou Twitter. Tous ces réseaux ont pour but de partager, de s’exprimer, de découvrir et de faire des rencontres. Tous publics et en particulier les jeunes (90 %) les fréquentes, par millions, plusieurs fois par jour.

Leur impacte

Même si chacune de ces applications sont dans la même catégorie, l’impacte qu’elles ont, au niveau du publiques, sont bien différentes pour chacune. Selon des études :

Instagram serait le pire réseau social. On y trouve de nombreux comptes où l’image de corps « parfait » sont exposé. Des corps musclés, Photoshoper et refais sont mis en avant. On y trouve aussi des comptes d’utilisateurs à la vie encore une fois « parfaite ». Ils sont beaux, ont les dernières nouveautés, voyages, semblent et réussir dans leur vie.

Ces vies sont idéalistes et étant donné que beaucoup de jeunes, en pleine construction de leur identité, parcourir ce réseau social, chaque jour, donne lieu à des complexes. Sur le long terme ça peut entraîner la dépression, l’anxiété  et a un impact sur le sommeil ce qui entraîne donc une mauvaise santé mentale.


En comparaison, YouTube serait le meilleur réseau social, car son contenu aide à combattre la dépression et l’anxiété. Il encourage plus la création de contenu, le partage et la mise en avant des contenus adaptés à tous. Bien sûr, les réseaux sociaux ne sont pas parfaits, comme les autres, on peut aussi retrouver de la haine sur YouTube comme partout ailleurs. Ce réseau non plus ne favorise pas le sommeil.

L’étude

L’étude qui à mener à l’affirmation qu’instagram était le pire réseau social pour la santé mentale des jeunes a été fait par la Royal Society en Anglette sur des jeunes entre 14 et 24 ans. Je vous mets dans ce lien la page de la RSPH (Royal Society for Public Health) qui en parle si ça vous intéresse.

Prévention

Au moment où cette étude était sortie, il avait été demander à instagram une plus grande vigilance par rapport aux utilisateurs.

L’algorithme

Un algorithme permettant de repérer les personnes sujettes à la dépressions aurait été une bonne idée mais compliqué a réalisé dû à la complexité de réalisation de cet algorithme.

Messages de préventions

Des messages qui signaleraient l’utilisation abusive de Photoshop sur certaines photos (certes les applications nous permettant de modifier des photos peuvent nous aider à effacer des complexes et à mieux nous sentir dans notre peau, mais en utilisé à outrance peut engendrer des complexes pour les autres).

Ou mettre en place des messages rappelant qu’un profil instagram sur une vie « parfaite » ne signifie pas que la vie de l’utilisateur l’est. Les utilisateurs montrent ce qu’ils veulent bien montrer aux publiques. Bien entendu nous postons souvent nos meilleurs moments et nos meilleurs souvenirs sur ces réseaux.