Crée en 1987 au Quebec, le Kin-Ball est considéré comme un sport collectif. Cette discipline compte 3,8 millions de pratiquants à travers le monde dont 400 licenciés en France. Focus

Composé de trois équipes de quatre joueurs, le Kin-Ball se joue avec une grande balle, ayant un diamètre de 1,22 mètre. Pour la petite histoire, celle-ci était utilisée dans différentes activités de conditionnement physiques et d’adresse.

Le but du jeu consiste à servir le ballon à une équipe adverse afin que celle-ci ne puisse la récupérer, quelque soit la partie du corps, avant qu’elle ne touche le sol. Par contre, si l’équipe désignée rattrape la balle, elle peut la relancer à l’équipe de son choix.

En ce qui concerne le terrain, trois équipes de quatre joueurs sur le terrain ROSE / GRIS / NOIR ou trois autres couleurs se réunissent autour d’une balle de 90 cm pour le cycle 2 dont 120 cm pour le cycle 3. Trois jeux de dossards y sont compris. Lorsque la balle est réceptionnée, elle doit être gelée, c’est-à-dire immobilisée par le contact de 3 joueurs. C’est alors que le 4ème joueur pourra frapper la balle.

Un match de Kin-Ball est composé de 3 tiers temps de 5 minutes pour le cycle 2 – 7 minutes pour le cycle 3. Au centre de l’espace de jeu, par tirage au sort. Aux périodes suivantes, la balle est donnée à l’équipe totalisant le moins de points et la mise en jeu se fait au centre de l’espace de jeu

Pour la remise en jeu sur faute, l’arbitre siffle une fois et la remise en jeu se fait à l’endroit de la faute. Mais lorsqu’une faute est commise par une équipe, les deux autres marquent un point. L’esprit du jeu impose que le choix de l’équipe à attaquer permette de contenir un écart des scores de 3 points maximum ente les équipes.

Afin d’avoir un aperçu sur ce sport, voici quelques images de la Coupe du Monde de Kin-Ball masculin organisée en Belgique en 2013.