Du 20 au 23 juillet dernier, le Fnac Live a repris ses quartiers d’été sur le parvis de l’Hôtel de Ville. De Jain à Louise Attaque, en passant par Yael Naim et Hyphen Hyphen, ce sont au total 31 artistes qui ont défilé sur la scène du festival, placé sous très haute sécurité.

L’affiche du Fnac Live paraissait moins alléchante sur le papier que l’an dernier (Izia, Selah Sue, Christine & The Queens, Mika…), mais l’édition 2016 avait fait le pari de mettre à l’honneur les artistes français et la chanson française.

C’est avec le collectif Bon Voyage Organisation que le festival a démarré mercredi soir. Habituellement ouverte, la grande place de l’Hôtel de Ville a été cette année clôturée par des barrières occultantes bâchées de plus de 2,20m, sécurisées par les forces de l’ordre et des agents de sécurité. Un dispositif suppléé par la mise en place de contrôles drastiques à l’entrée du festival, afin d’écarter toute menace à la sécurité des festivaliers, après la tuerie du Bataclan le 13 novembre dernier.

Mais ces mesures de sécurité n’ont pas entaché la fréquentation, toujours aussi élevée, de cette 6e édition du Fnac Live. Chaque jour, une foule compacte d’environ 20 000 personnes est venue applaudir ses groupes préférés, ou tout simplement découvrir de nouveaux artistes.

La première soirée a été placée sous le signe de l’éclectisme, avec la présence des rockeurs Feu ! Chatterton, le son modern soul des Londoniens de Jungle et celui de la pop de Lilly Wood & The Prick. Idem pour jeudi soir, avec les chansons électro-folkloriques d’A-Wa, Yael Naim en tête d’affiche et l’angevin Thylacine en clôture.

Pour le troisième jour du festival, virage à 180°, avec une programmation essentiellement électro. Etaient alors présents : Sage (nouveau projet de l’ex-Revolver Ambroise Willaume), Hyphen Hyphen, Synapson ou encore Fakear. Quant à la soirée de clôture, les 20 000 festivaliers ont pu repartir le sourire aux lèvres et des mélodies plein la tête, notamment avec la folk de la Maison Tellier, la diva de la soul Lianne la Havas. Et, comme pour s’envoler vers d’autres soirées parisiennes, le groupe Louise Attaque en bouquet final…