Jeune homme engagé, Slimane Tirera incarne une belle figure sur le territoire du 93, mais aussi dans toute l’Ile de France, de par son élégance, son charisme et sa personnalité, ainsi que par ses compétences. Il est né à Saint-Denis. 33 ans bientôt 34 ans,  père de deux merveilleux jumeaux, il est prêt à tout pour leur bien-être et le sien.

Aîné d’une famille, d’un père et d’une mère d’origine malienne. Slimane a 3 frères et il a su montrer l’exemple en ayant suivi toute sa scolarité à Épinay-sur-Seine, plus précisément au quartier Blumenthal.

En effet, il a étudié à l’école maternelle et à l’école primaire Pasteur (1990-1998), au collège Roger Martin Du Gard (1998-2002) puis au lycée Jacques feyder (2002-2005) et enfin à l’université paris 13 à Villetaneuse où il a obtenu son master II droit et en science Politique en 2010. 

Comme tout étudiant, il a eu un premier boulot en tant qu’animateur sociale et d’autres petits boulots.

Le premier poste à responsabilité  que Slimane a pu avoir était de coordonner les campagnes des étudiants de SOS Racisme dans toute la France à l’âge de 20 ans.

A l’époque, Slimane était déjà investi et engagé dans la vie politique et citoyenne, dans plusieurs villes de part ses actions, à croire que cela lui était destiné. Il s’est finalement engagé en 2005 au Parti Socialiste (PS) pendant 13 ans puis avec Europe Ecologie les Verts en 2019 (EELV).

En dehors de la politique, Slimane s’est engagé avec SOS Racisme en tant que responsable des étudiants entre 2009 et 2010, une structure qui dénonçait, agissait et faisait de la prévention contre le racisme et/ou les discriminations ethno-raciale, que des personnes pouvaient subir au quotidien dans des écoles, dans des facs.

D’ailleurs, nous lui avons demandé s’ il en avait été victime. Voici  sa réponse : ‘’ Je n’ai pas vraiment subi de propos racistes, mais une fois, lors d’un contrôle de police, je me rendais chez un ami qui habitait dans le quartier pavillonnaire de Blumenthal. J’étais habillé en jogging et les policiers m’ont remarqué de loin et m’ont intercepté en me demandant mes papiers et ce que je faisais dans ce quartier. Je leur ai répondu que je me rendais chez un ami. Ils ne m’ont pas cru, ils croyaient que j’allais commettre un délit mais heureusement que le père de mon ami m’a aperçu au loin et m’a sorti de cette situation houleuse. C’est la seule discrimination que j’ai pu avoir.’’  

Slimane a conscience du chemin que ses parents ont dû parcourir pour en arriver là, ils ont dû quitter le Mali, pour avoir une meilleure vie en France. Travailler, fonder une famille, subvenir à leurs propres besoins ; il est l’aîné de la famille, c’est un poids lourd qu’ il a porté car ils se devaient de tenir bon, quelques soient les discriminations, quelques soient les épreuves endurées ,  pour montrer le chemin à suivre à ses frères.  

Il cherchait et a obtenu les bénédictions que tout le monde recherche de ses parents car c’est un homme tenace et régulier, qui n’abandonne jamais ses objectifs, quoi qu’il arrive.  Il a su écouter les bons conseils des aînés, des personnes disparues, de tous ceux qui sont passés par là pour réussir comme il réussit aujourd’hui tout en gardant sa modestie et avec humilité. 

Ce sont ses parents, ses frères et maintenant ses enfants qui le poussent à aller au  plus loin et de ne jamais lâcher ses convictions et ses objectifs.

Son message pour la semaine de la discrimination et du racisme :

‘’Le racisme est toujours actuel encore plus actuel, il y a des divisions de communauté, de sous communauté,  de la France, de communautés religieuses, philosophiques,  politiques et sociales . Si on arrive à lutter contre les discriminations et le racisme, on arrivera à faire baisser les inégalités sociales dans nos villes. Lutter contre les discriminations et le racisme ne veut pas dire se placer en position de victimes, ni de recherche de reconnaissance. C’est juste le rétablissement des droits et de l’égalité de traitement, un blanc égale un noir ; un asiatique égale un maghrebin ; que tout le monde est égale, tout le monde a les mêmes droits et que tout le monde peut les réclamer. Encore faut-il que les gens soient informés de leurs droits, et les aider à lutter contre les discriminations et le racisme et de faire valoir leurs droits dès que c’est le cas.

L’exemple que je donne ; quand on casse le carreau d’une voiture, il faut le réparer tout de suite sinon la voiture devient une épave. Pour éviter cela, il faut la réparer au plus vite. La lutte contre le racisme et la discrimination c’est un carreau cassé psychologique chez la personne, il faut la réparer et rétablir la dignité et l’honneur de cette personne car cette personne n’a rien demandé !

A nous de jouer et faire participer des gens pour que tout le monde soit sur le même pied d’égalité quand il avance dans la vie ou quand il a une fracture dans la vie, qu’il puisse réclamer ses droits et  avoir justice ! »

Par la suite, Slimane est devenu coordinateur de la fédération nationale des Maisons des Potes et des associations partenaires de 2010-2017, le slogan : ‘faire de l’égalité une réalité”. Le but de cette association était de venir en aide et soulever des problématiques. Par exemple,  le rattrapage à l’école , mettre fin aux violences policières,  veiller à ce que le droit des femmes soit respecté, plus de sport dans les quartiers, qu’il y ait une prise en compte des difficultés dans les quartiers populaires etc…. Tout cela en faisant le tour de la France et en se rendant dans les quartiers.

Slimane s’est investi en aidant à monter ces associations : 

  • Jeunesse en mouvement (2005- 2019)
  • Jem Erasmus en 2011 émanation de groupe d’étudiants de paris 13 Villetaneuse qui avait pour but d’accueillir des étudiants d’Europe via erasmus à P13. Ce qui permettait de les aider dans la langue française, de visiter des villes du territoire.
  • JEM Vacances et Sport depuis 2015 dans le Val d’Oise,  qui permet aux familles, aux jeunes, handicapés et toute personne en situation de précarité de pouvoir aller en vacances, de pratiquer du sport, au même titre que tout le monde.

En plus de cela, il a créé son média NewVo Radio depuis 2014, dont il est le directeur. Qui a pour but de « donner la voix aux sans voix » , mettre en lumière des jeunes talents, mais aussi permettre à tous citoyens de s’exprimer et rédiger des articles sur les thèmes qu’ils souhaitent.

Également membre du collectif  “Les Fédérateurs”  qui a pour but d’agir sur différentes problématiques et thématiques de la ville d’Epinay-sur-Seine 

Il fait également partie de plusieurs associations caritatives comme Partage ton repas, France Fraternités, Génération Entraide et Charity Shop Solidaire

Et pour finir, Slimane travaille aujourd’hui pour le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 en charge de l’engagement citoyen. Une suite logique dans son parcours. 

Il est l’auteur du livre “ La Fin Des Potes”, Autopsie d’un universaliste, édité par Mindset Editions, sorti en mars 2021 à l’occasion de la semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme.

Mariama Sané du collectif « Les Fédérateurs »

Photos by #ShootbyAlma, Adrien Cherqui, ByKartWork