« Too young to wed », c’est l’exposition qu’a décidé de mettre à l’honneur la Grande Arche de la Défense pour sa première exposition. 175 clichés signés Stéphanie Sinclair, bouleversants et sensibles de jeunes filles mariées trop jeunes y seront exposés jusqu’au 24 septembre pour dénoncer le fléau des mariages forcés dans le monde.

 

Depuis 15 ans, la photojournaliste américaine Stéphanie Sinclair part à la rencontre je jeunes filles « mariées trop jeunes » à travers le monde et nous livre des portraits à la fois touchants et bouleversants de jeunes femmes mariées contre leur gré. Et pour cause, « une jeune fille toutes les deux secondes est mariée contre son gré, soit 39.000 chaque jour dans plus de 50 pays »[1], un fléau aujourd’hui dénoncé sur 1.200 m2 dans le nouvel espace de l’Arche du photojournalisme situé sous le toit de la Grande Arche de la Défense.

On y découvrira Rajni, 5 ans, Niruta, 14 ans ou encore Gulham âgée de 11 ans, qui à travers l’objectif de Stéphanie Sinclair, nous transmettent d’un simple regard d’enfant la détresse à laquelle elles sont empreintes. L’exposition est classée par thèmes : « la noce, l’isolement, la maternité précoce, les violences domestiques, l’avertissement sexuel », autant de dénonciations qui font de cette exposition, une exposition à voir absolument !

 

« Depuis 2012, Stephanie Sinclair se consacre également pleinement à l’ONG « Too young to wed », qu’elle a créée pour protéger les droits des petites filles et empêcher les mariages d’enfants »[2].

 

A découvrir jusqu’au 24 septembre à l’Arche du Photojournalisme

 

 

 

 

 

 

[1] Propos recueillis sur lepoint.fr

[2] Propos recueillis sur lepoint.fr