Dans nos villes, la question de la gestion des déchets est un sujet qui mobilise beaucoup de moyens logistiques, humains et financiers. Un des vrais sujets serait de faire véritablement campagne pour les réduire à la source.

La Source, voici le nom du quartier où nous étions ce matin, une bonne dizaine de locataires engagé.e.s dans l’association « Bon vivre à la Source » à l’origine de cette initiative de nettoyage et une dizaine de spinassien.ne.s. Il existe un débat sans fin sur les responsabilités en matière de gestion des déchets.

A Épinay comme dans les 8 autres villes du territoire, c’est Plaine commune qui gère cette question dans l’espace public. Qui organise donc l’enlèvement des containers à poubelles et dans les colonnes enterrées.

Qui organise la collecte bi mensuelle des encombrants. Et celle des containers de déchets recyclables : poubelles jaunes -pas présentes partout !- et verre. Mais dans le patrimoine du logement social -nous étions ce matin sur du parc de Plaine commune habitat (PCH) et il y a du patrimoine Ogif ou Sncf immobilier, 3 responsabilités : les locataires, les gardien.ne.s et agent.e.s de PCH et les prestataires extérieurs. Plus le chantier de réhabilitation mené par GTM depuis 3 ans. Et c’est souvent dans ces interstices que se multiplient les déchets.

La mobilisation de ce matin a plusieurs qualités : elle fait agir des gens ensemble, elle nettoie (l’équivalent de quasiment 4 camions de 10 m3 ce matin), elle sensibilise les locataires au respect des parties communes et elle maintient la pression sur le bailleur.

Deux constats : malgré des charges payées par les locataires et des prestations assurées, il reste tout de même un volume de 40 m3 collectés sur une matinée ! Avec l’équivalent de 2 grandes bouteilles de cartouches de protoxyde d’azote. Et, pour les personnes qui pensent que ce n’est pas aux habitant.e.s de se substituer aux responsables, une mobilisation collective est toujours une dynamique.

Rendez-vous aux prochaines opérations de nettoyage. Bravo aux volontaires et merci aux 3 agents de Plaine commune venus emporter « la récolte ».

A noter l’absence d’élu.e.s de l’équipe municipale. Comme souvent, en week-end à la campagne ou en vacances pendant que les spinassien.ne.s ne peuvent pas partir.

La question du sentiment d’abandon est très importante. Les responsables locaux devraient soutenir les mobilisations et ne pas juste compter sur une certaine apathie et l’abstention fortement ancrée.

Mathieu Glaymann spinassien engagé

**Photos par Manela Vesaphong photojournaliste