En ce jour de finale, je voudrai partager avec vous un souvenir spinassien de la dernière coupe du monde de football en 2018. À cette occasion, la ville a organisé un concours de diagnostic, match par match pour ceux de l’équipe de France. Avec cadeaux à l’appui.

Amateur de football et joueur occasionnel, je me suis pris au jeu et je pronostique alors à chaque match. Je fais plusieurs bons pronostics. Je passe la finale dans le parc de la mairie avec mes 2 fils. Un bon souvenir même si je ne vois pas les 4 à 5 000 spectateurs comptabilisés par la mairie.

Quelques jours plus tard, je suis appelé par la mairie qui m’indique que nous sommes 2 à nous être approchés le plus du score de la finale et que nous sommes invité.e.s à venir recevoir un cadeau « des mains du maire » quelques jours plus tard. On me dit même que les deux qui ont bien pronostiqué la finale pourront même dire un petit mot.

Je suis invité à envoyer une pièce justifiant mon domicile et mon identité, le « concours devant récompenser des spinassiens ». Je précise à mon interlocutrice que le maire me connaît ainsi que ses adjoint.e.s à la jeunesse ou à l’environnement ou sa directrice de cabinet.

Le soir prévu, j’arrive avec mon plus jeune fils alors âgé de 11 ans. On me précise tout de suite que, finalement, il n’y aura qu’une prise de parole du maire. Je ne sais pas pourquoi mais mon petit doigt l’aurait parié.

Toutes les personnes qui ont bien pronostiqué les 7 matches des français sont présent.e.s avec 2 gagnant.e.s par match qui ont trouvé le score le plus proche du score réel. En tout, avec les familles et quelques élu.e.s, nous sommes une quarantaine. Au fur et à mesure, les « récipiendaires » sont appelé.e.s en partant du 1er match de poule jusqu’à la finale. On se retrouve finalement avec une parité hommes / femmes dans les personnes qui ont bien pronostiqué.

Le maire dit un petit mot sur chaque match, les JO, la fierté nationale, la bonne ambiance. Comme toujours, des propos sans emphase et plus qu’attendus ou répétés des commentateurs TV. Au début du pot qui suit, le maire fait venir les personnes « honorées » avec leurs cadeaux, pour la photo.

Et là, il dit aux femmes « alors mesdames, vous pouvez me le dire maintenant, ce sont vos maris ou vos fils qui ont pronostiqué pour vous ! ». Une proteste, une s’écarte alors du groupe. Mon fils et un autre ado me disent alors « il a vraiment dit ça. Il pense encore que les femmes ne s’intéressent pas au foot ! » Entre Thierry Roland ou Thuram ou Rocheteau, le maire a choisi la tradition la plus beauf. Un pari pour le 8 mars ?

Mathieu Glaymann spinassien engagé