Chaque année, des centaines de jeunes se rendent dans un pays différent afin de découvrir un pays, une famille typique, un mode de vie, une langue, une culture ; en bref une immersion totale. C’est cette expérience qu’a choisi de vivre Romina.

Karen : Pourquoi as-tu souhaité partir ?
Romina : Ayant fait beaucoup de baby-sitting en France, je sais que j’ai un très bon rapport avec les enfants, et c’est un rapport que j’apprécie. Ainsi, m’occuper d’enfant est pour moi un plaisir. Un peu perdu au niveau de mon avenir professionnel, j’ai pris une année sabbatique et je suis partie après une licence de cinéma et de théâtre. Comme la majorité des personnes je pense, ma motivation était de vivre dans une grande ville anglophone, et y apprendre l’anglais. L’an passé, je suis partie en vacances avec ma meilleure amie à Londres et j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette ville, que ce soit du point de vue culturel, des habitants ou de l’architecture. Ainsi, lors de mes recherches de familles, je me suis concentrée sur cette ville ; mais ce sont eux qui m’ont contacté après avoir consulté mon profil. Nous nous sommes rencontrés sur Skype, et le contact est très bien passé. Cette immersion dans le pays me permet de me concentrer sur l’anglais (que j’essayais d’apprendre activement ces deux dernières années).

Karen : Quels sont les tâches que tu dois effectuer ?

Romina : Le matin, je prépare le petit-déjeuner des enfants avant des les emmener à l’école. J’ai la journée de libre jusqu’à 16h. Pendant ce temps, je range la maison, et les chambres des enfants quand c’est le bazar. A 16h15, je vais les récupérer à l’école et leur donne le goûter, puis je prépare le dîner. Je fais également une machine à laver tous les lundis. Je ne travaille pas le week-end ni le mercredi après-midi. Je suis payé 100£ par semaine, ce qui me permet de sortir lorsque je ne travaille pas.

Karen : Où vis-tu ?
Romina : Je suis très chanceuse parce que le dernier étage de la maison m’est réservé. J’ai ma propre chambre (ce qui est obligatoire quand on est fille au pair) avec un lit deux places, un bureau, des rangements pour mes vêtements et même une chaîne hifi et une télé avec Netflix. J’ai également ma propre salle de bain. Je suis ravie d’avoir autant d’espace et d’intimité ; c’est très agréable après le travail pour se détendre. Je suis ravie d’être si à l’aise, si je ne l’étais pas, j’aurais eu du mal à vivre ici plusieurs mois.

Karen : Quelles sont tes relations avec les enfants et les parents ?
Romina : Au début, les enfants étaient très timides. Ils ne s’intéressaient pas vraiment à moi et ne me parlaient quasiment pas, j’ai eu peur que l’année se passe ainsi. Les enfants que je garde ont commencé à me parler d’avantage au bout de 2 mois. Maintenant, à la sortie de l’école, ils rient avec moi, montent sur mon dos, on s’amuse et je suis ravie !
Les parents sont très sympathiques et ils sont là pour moi si j’ai un problème. Ils me paient mes cours d’anglais, me demande comment s’est passé ma journée, s’intéresse à ma famille. Je n’ai donc pas l’impression d’être une simple employée. Ils m’ont mis à l’aise dès le début et sont généreux ! Par exemple, lorsqu’ils sont partis en vacances en Espagne, ils ont permis à mes sœurs et ma mère de me rendre visite en Angleterre et de rester chez eux. C’était vraiment sympa de leur part.

Karen : Quel est ton rapport avec la langue anglaise ?
Romina : Avant mon départ pour l’Angleterre, je pensais avoir un niveau très moyen (B2), ce qui me semblait juste pour partir en tant que fille au pair dans un pays anglophone, mais j’étais très motivée pour m’améliorer. Pour assister aux cours d’anglais, j’ai passé un test dans l’école d’anglais pour voir mon niveau (et ainsi me classer). J’ai découvert que j’avais un niveau meilleur que ce je pensais (C1). J’étais un peu effrayée, selon moi c’était trop élevé comme niveau et j’avais peur de ne pas m’en sortir. Finalement, je pense que c’est mon niveau. Bien évidemment, j’ai quelques lacunes sur certains points de grammaire. Malgré tout, je sens que je m’améliore chaque jour, j’apprends beaucoup de nouveau vocabulaire que ce soit à la maison (en lisant les recettes de cuisine par exemple), dans la rue, dans les magasins ou à l’école des enfants. J’apprends également beaucoup d’expressions anglaises et j’apprécie beaucoup. Après, si on reste beaucoup à la maison, le vocabulaire n’est pas non plus très étendu. C’est pour ça que je sors, je rencontre des gens (anglais ou étrangers), je créais de nouvelles amitiés. C’est très important je pense pour encore plus étendre son vocabulaire et c’est aussi le but de cette expérience de fille au pair !

Karen : Conseilles-tu cette expérience et pourquoi ?
Romina : Je conseille à tout le monde de vivre cette expérience. En plus de la langue, cela nous apprends à être indépendant et plus responsable. On vit dans une autre culture, ce qui permet une ouverture d’esprit. J’ai lu des expériences horribles dans des familles odieuses mais j’ai eu la chance de tomber dans une bonne famille.