Avec 4 300 milliards de mégots abandonnés dans les rues chaque année, soit 137 000 par seconde, la cigarette représente le déchet le plus jeté au monde. La question à l’heure actuelle n’est plus pourquoi les fumeurs jettent-ils leur mégot au sol, mais comment pourrions-nous à réduire ces statistiques ?

 

Il y a quelques jours alors que je sortais de la bibliothèque pour aller fumer, l’une de mes amies me fit remarquer que j’étais dans un espace non fumeur… ironie de la chose devant les dizaines de mégots jonchant le sol. Chose encore plus incroyable, car se trouvait au mois trois poubelles/cendriers à littéralement deux mètres de notre position.

 

En France au moins 30 milliards de mégots seraient jetés au sol chaque année en France.

Si on sait que le nombre de cigarettes vendues en 2016 s’élevait à 44.9 milliards, on se rend bien compte de la quantité astronomique de fumeurs non soucieux de l’environnement. On estime qu’environ 30% des français fument, chose pas si étonnantes, sachant qu’en 2000 les ventes de cigarettes étaient deux fois plus élevés.

Environ 1.3 milliards d’humains fument (soit un homme sur quatre et une femme sur vingt), près de 80% des fumeurs vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. De plus 6 millions de personnes meurent chaque année de tabagisme, dont 73 000 en France !

En France, les fumeurs trop pressés pour trouver un cendrier peuvent se voir punir d’une amende de 68 euros ! Mais même si chaque année l’Etat reçoit 12 milliards de taxe sur le tabac, le double serait dépensé en soins et préventions.

Beaucoup de mesures ont été prises pour réduire le tabagisme : on observe une régulière hausse des prix du tabac, les marchés de substitution sont de plus en plus grands et nombreux (cigarette électronique, patch nicotine etc), la nouvelle politique du paquet neutre (couleur et design unique pour réduire l’attractivité du paquet, notamment chez les jeunes) …

N’empêche qu’il n’est plus question à l’heure d’aujourd’hui de seulement réduire le nombre de fumeurs, mais de réduire la pollution causée par les fumeurs. En effet il faudra compter de 5 à 10 ans pour qu’un mégot se dégrade dans la nature et un seul suffit à polluer 500 litres d’eau.

 

Le recyclage de mégots

 

Il existe deux recyclages possibles selon l’association TREE6CLOPE.

La partie dite « organique » du mégot (débris de papier et tabac) est séparée du filtre et peut être utilisée en tant que compost pour l’aménagement du territoire.

La partie plastique (acétate de cellulose) qui compose le filtre est quant à elle finement broyée puis mélangée à d’autres plastiques recyclés. Ces plastiques sont ensuite compressés par un procédé spécial qui permet de fabriquer des plaques. Ces plaques peuvent être utilisées comme substitut du bois et être employées dans la construction de nombreux objets ou dans l’aménagement d’espaces extérieurs.

 

Chaque plaque peut contenir jusqu’à 30% de mégots de cigarette soit environ 40,000 mégots pour une plaque de 30 kilos. Ce matériau peut ensuite être utilisé dans la fabrication de mobilier extérieur ou de revêtement de sol extérieur.

Transformer votre mégot en cendrier : le futur c’est maintenant !

Cependant si les mégots sont recyclables, l’activité n’est pas encore rentable et donc pas très réputé pour l’heure. Malheureusement personne n’a envie de payer pour recycler …

 

 

Les « Ballot Bin »

 

A l’instar de remettre à la mode les cendriers de poche (que vous pouvez trouver par exemple sur internet). La fondation environnementale Hubbub développe un nouveau concept tout droit venu du Royaume Uni créée dans le cadre de la campagne #NeetStreets (rue propre).

 

 

 

Ces « voting ashtrays » (soit des « cendriers de vote ») peuvent être installés dans tous les espaces publics et les fumeurs sont ainsi inviter à déposer leurs mégots dans une urne. Cette urne séparée en deux permet alors de répondre à une question posée, qui peut être d’actualité, sportive ou encore plus diverses (Les questions sont choisies en fonction du public concerné et peuvent être modifiées à loisir).

 

 

 

Très visible et ‘fun’  il incite les fumeurs à jeter leurs mégots proprement et permet aux non fumeurs de voir l’avancement de ce « sondage ». Une fois l’urne remplie, la voirie n’a plus qu’à la vider et peut éventuellement changer la question de l’urne.

 

 

Le succès de ces cendriers (on constate en effet une baisse de 30% des mégots au sol) dans un quartier de Londres fut tel que le concept intéresse maintenant autant bien les personnes du secteur public que privés, et cela dans le monde entier.