Colombe Brossel, la justice sociale au cœur de la 17e circonscription de Paris (Paris 18e et Paris 19e)

1- Pouvez-vous vous présenter ? D’où vient votre engagement ?

J’ai 41 ans, j’habite depuis plus de 20 ans le 19e arrondissement avec ma famille où je suis élue. Je suis adjointe à la Mairie de Paris, Anne Hidalgo, en charge de la sécurité, de la prévention, de la politique de la ville et de l’intégration. Economiste de formation, j’ai exercé professionnellement comme consultante en ressources humaines, puis responsable de formation dans une association.

Mon engagement remonte à l’université, lorsque étudiante, j’ai rejoint un syndicat étudiant et choisi de m’engager dans le domaine associatif, dans une association antiraciste.

Les valeurs qui me portent, la lutte contre les inégalités, contre les discriminations, ont alors trouvé une concrétisation dans l’action politique. Engagée au sein du Parti Socialiste depuis plusieurs années, c’est en m’installant dans le 19e arrondissement que j’ai été amenée à militer puis à me présenter sur la liste socialiste aux élections municipales de 2001 à la suite desquelles j’ai été nommée adjointe au maire du 19e responsable du développement économique, de l’emploi de la formation professionnelle ainsi que de la jeunesse.

Mes différents mandats ont été l’occasion pour moi de constater à quel point l’engagement, la passion et l’action pouvaient se concilier et même s’enrichir et me permettre d’être utile à tous ceux qui en ont le plus besoin.

2- Pourquoi vous présentez-vous à cette élection législative ? D’où est venu ce déclic ?

Ma candidature est le fruit de mon implication sur le terrain.

Depuis de nombreuses années je suis engagée dans un travail de fond auprès des habitants-e-s et des associations dans chacun des quartiers de ma circonscription, en ayant toujours la préoccupation de placer la justice sociale au cœur des politiques publiques. Chaque jour, avec les élus parisiens, nous renforçons les services publics de ces quartiers, agissons pour protéger les plus fragiles, accompagnons les associations ou travaillons avec la police pour lutter contre les incivilités et reconquérir l’espace public. Nous avons également à cœur d’associer les habitants aux politiques publiques que nous mettons en œuvre, à l’image du budget participatif de la ville de Paris.

C’est cette voix des quartiers populaires que je souhaite porter à l’Assemblée Nationale, en associant à l’élaboration et à l’évaluation des projets de Loi ceux qu’ils concernent.

Un besoin de renouvellement vient de se faire entendre avec fracas lors de l’élection présidentielle. Il est temps qu’une nouvelle génération d’hommes et de femmes de gauche entre au Parlement pour incarner une nouvelle façon de faire de la politique.

C’est pour cela que je me suis toujours clairement engagée contre le cumul des mandats et que si je suis élue députée je quitterai mes fonctions au Conseil de Paris.

Je mesure la crise de la représentation politique que nous traversons. Face à ces défis, je souhaite prendre tout ma part à la construction de réponses nouvelles pour réinventer et régénérer notre démocratie, avec les citoyens.

Députée je mettrai par exemple en place un panel associatif et citoyen pour participer à la répartition de ma réserve parlementaire en toute transparence.

Vous l’avez compris, mon moteur est l’engagement au service des habitants des quartiers populaires et des plus fragiles. Forte de ces valeurs, mes priorités seront l’éducation, la transition écologique, la défense de nos services publics et de notre modèle social, la lutte contre le racisme et les discriminations et la refondation de l’Europe pour que demain soit synonyme de progrès pour tous et d’émancipation pour chacun.