À l’heure où la France, souhaite se débarrasser à terme, d’ici 2040, de l’essence telle qu’elle apparaît sous sa forme actuelle, une startup écossaise a une solution pour se passer des carburants fossiles. Après le bioéthanol et les agrocarburants divers et variés (algues, déchets, etc.), la startup écossaise, Celtic Renewables affirme pouvoir produire un carburant à même de remplacer l’essence ou le gazole. Mais comment ? Avec un carburant constitué de résidus de whisky.
Ce projet est né en 2011, après quelques années de recherche, Celtic Renewables, basée plus précisément à Edimbourg, a développé un procédé permettant de transformer les résidus de la production de whisky en biocarburant utilisable sans modification du moteur.

Matière première abondante

Celtic Renewables exploite pour produire son biobutanol ce que les distilleries appellent « le draff », en français « la drèche », un résidu riche en protéines qu’on retrouve au fond de la cuve à l’issue du brassage d’eau chaude et d’orge maltée. Egalement utilisé, « le pot-ale » un résidu liquide de la première distillation de l’orge, riche en levure et très abondant, que les distillateurs revendent généralement pour l’alimentation du bétail.

Selon les chercheurs, la production du butanol aurait divers avantages en plus du carburant : recycler les résidus de la distillation, créer un biocaburant qui n’utilise pas de terrains agricoles, la création d’emplois …

De plus, Celtic Renewables estime que le Biobutanol offre 25% d’énergie en plus dans un litre que le biocarburant classique. Les voitures l’utilisant pourraient ainsi parcourir plus de kilomètres avec un seul plein.

Une Ford Fiesta au Whisky

Celtic Renewables, a ainsi fait rouler début juillet pour la première fois une voiture au Biobutanol, une Ford Fiesta. Pour réaliser son expérience, l’équipe a rempli le réservoir d’une Ford Fiesta avec son biocarburant.

« Ce carburant est un biocarburant durable, qui peut directement remplacer l’essence ou le gazole. C’est la première fois dans l’histoire qu’une voiture roule avec un biocarburant issu des résidus de la production du whisky » (source site de Celtic Renewables).

9 millions de livres investis par le gouvernement écossais dans une usine

Le gouvernement écossais a récemment investi 9 millions de livres dans la construction d’une usine de démonstration commerciale à Grangemouth. Avec 750.000 tonnes de draff et 2 milliards de litres de pot-ale produits chaque année par l’industrie écossaise du whisky, les capacités de production sont particulièrement importantes, (source BFM).

Celtic Renewables peut espérer produire son biocarburant dans tous les pays distillant du whisky.

La start-up, Celtic Renewables espère que l’avenir sera le biocarburant de whisky et envisage une commercialisation d’ici 2019.