Ils répondent au doux nom de « burners ». Ils ? Pour sa grande fête annuelle, le collectif Burn Crew Concept (BCC), regroupant jongleurs et cracheurs de feu, a fait monter la température sur le parvis du Palais de Tokyo. Nous y étions.

 Samedi soir, le Palais de Tokyo, situé dans le 16e arrondissement, était en fête. Vernissage du dernier artiste en vogue ? Pas tout fait. Derrière le bâtiment, autour du bassin vidé de son eau, émanent des odeurs d’essence. Et pour cause, cracheurs et jongleurs de feu manipulent leurs agrès enflammés, entourés d’une foule compacte.

Depuis 2004, le collectif Burn Crew Concept (BCC) rassemble les passionnés d’arts du feu. Chaque année, courant janvier, cette équipe de têtes brûlées célèbre l’anniversaire de leurs premiers rassemblements au Palais de Tokyo. Un lieu où les burners ont leurs habitudes car, outre leur convention annuelle, ils s’entrainent tous les samedis soir, en petit groupe, dans le grand bassin du musée.

Un espace aménagé pour l’occasion puisque, autour du bassin, des espaces sont réservés aux manipulateurs ayant amené leur matériel personnel. Côté sécurité, ces derniers peuvent compter sur la présence d’une équipe de bénévoles rodée à l’exercice. Une vigilance d’autant plus accrue que la manifestation est tolérée par le Palais de Tokyo et le Musée d’Art Moderne, même si jusqu’à ce jour, aucun accident n’a été enregistré par les organisateurs. Un espace de liberté dont on espère qu’ils garderont leurs habitudes pour venir nous éblouir.