Black Friday

 

Difficile d’ignorer ce phénomène en ces périodes de fêtes et de sur-consommation. Le Black Friday est une caricature du capitalisme américain qui devient bien connu des français.

Cette « coutume » nous vient donc des Etats Unis. Elle a lieu au lendemain de Thanksgiving, c’est à dire le 4ème vendredi de novembre et marque le début des achats de Noël.

Pour résumer un peu le concept, c’est une journée où les prix sont bradés un maximum afin d’écouler les stocks et donner un énorme coup de pouce à l’économie du pays. L’année dernière c’était 3.34 milliards de dollars dépensés aux Etats-Unis pendant le Black Friday.

 

Le problème c’est que cette journée de supers soldes est tout aussi célèbre pour ses émeutes gigantesques dans les magasins. Les vidéos montrant des vigiles et policiers essayant de maintenir un semblant d’ordre et des civils en train de se taper dessus, se marcher dessus pour avoir un article sont monnaie courante sur internet.

En France, le phénomène prend de plus en plus d’ampleur. L’année dernière, peu de personnes savaient réellement ce qu’était le Black Friday et seulement 21% des français envisageaient d’y participer. Cette année, cette statistique a doublé avec 52 % des français se disant prêt à en profiter.

En France, on estime les recettes de cette journée jusqu’au lundi 27 avec le Cyber Monday à 238 millions d’euros en ligne et 1.3 millions en magasin.

Les domaines les plus prisés sont la mode, les chaussures et les matériels high tech. En même temps, certaines enseignes proposent jusqu’à 70 % de réduction et  ces domaines ne figurent pas parmi les plus accessibles financièrement parlant.

En conséquence de quoi si vous n’avez pas fait vos achats de Noël (et si vous avez du temps, les magasins risquent d’être pris d’assaut), profitez-en.