La Nox Family est un collectif de musique composé de six membres. On a posé quelques questions à deux de ses membres (Louis et Jack). L’association a été créée à Clermont-Ferrand en 2015 mais depuis elle a migré vers les côtes bretonnes, plus particulièrement à Rennes. Mêlant partage de musiques électroniques et alternatives aux influences underground, l’association organise des événements majoritairement en Bretagne. 

 

Combien y a-t-il de membres dans votre collectif ? 

Jack : Avant, à la création de la Nox nous étions environ une dizaine sur Clermont Ferrand.

Louis : Désormais nous sommes 6, chacun gère ce qu’il peut ou veut gérer. On n’a pas forcément de rôle défini mais on a tous des compétences différentes. Ce qui fait qu’on se complète bien quand on organise nos soirées, que ce soit sur l’instant ou en amont.

 

Depuis quand existez vous ? 

Jack : La Nox est née en mai 2015 dans le Puy De Dome, puis à déménager en Bretagne début 2016. 

 

Free Party, Juillet 2015, Puy-de-Dôme

 

Comment qualifiez-vous votre musique ? 

Louis : On aime rester large dans le panel de la musique techno… Quand on joue il y en a  généralement pour tous les goûts. On peut commencer nos soirées par de la techno, puis passer par la tribe, la trance, du hardcore et finir en drum’n bass. On a même déjà passé du disco ! D’ailleurs, on invite des Djs assez différents dans nos soirées. Les styles varient. Donc je qualifierai ce qu’on fait d’éclectique. 

 

Avez-vous des influences ? 

Louis : Pour l’organisation des soirées je pense qu’on regarde tous à droite à gauche ce qui se passe, ce que les autres sound system font, ont eu comme idées etc. Il y a toujours LA soirée dont tout le monde parle à un moment. Tu te dis : « Ha ouais pas con comment ils ont géré ce truc, la prochaine on pourrait faire comme ça… »

 

A quelle fréquence organisez vous des événements ? 

Louis : En moyenne une fois par mois, soit dans un bar, soit une free party. Mais il y a aussi des périodes où on enchaine les week-ends (et généralement, on se prend une petite pause après).

 

Ce sont surtout des soirées en Bretagne ? 

Louis : Oui, surtout en Ile-et-Vilaine et aux alentours. Mais on ne s’interdit pas de bouger si une occasion se présente. 

Jack : Nous avons aussi eu quelques occasions de sortir notre sono avec des amis d’autres collectifs dans la Sarthe, et « par-ci-par-là » en Bretagne…  Plusieurs projets sont prévus dans le futur. Peut être plus pour ma part, en parallèle de la Nox avec le collectif Noctambule Area (regroupement de plusieurs collectifs visant de la prestations type festival). 

 

Asylum Party, Novembre 2016, Nox Family et Beat Cogne

 

Avez vous des projets, des « rêves » ? 

Louis : Moi le kiff que je voulais me faire, c’était de mixer dans un gros événement genre teknival sur un très gros système son. J’ai pu le faire en 2016 avec le Teknival Anti-répression de Saint-Brieuc.  (Ou on a pu poser avec nos potes des Onsenbalek Sound System, les Strakellik, Breizh Attack, Artchampthé, Goparium… Sacrée coalition!). Maintenant, mes projets ce serait de rester dans cette continuité de l’organisation : brancher la sono régulièrement et c’est cool. 

Jack: Grâce à la Nox nous avons toujours de nouveaux rêves et des projets en permanence!

Teknival de Saint-Brieuc, Décembre 2016

Est-ce qu’il y a quelque chose que vous n’avez pas fait et que vous aimeriez faire ?

Jack : On est du genre à pousser le bouchon toujours un peu plus loin. Il y a toujours des choses que nous n’avons pas fait que l’on aimerait faire non ?

Mon petit doigt me dit que vous pourrez nous retrouver courant août pour un prochain événement…

 

Vous pouvez retrouver ce collectif sur leur page Facebook :

https://www.facebook.com/noxfamily/

 

Exemple de flyer des soirées Nox Family