Amadou TALL, itinéraire d’un jeune ambassadeur « Nos Quartiers ont des Talents »

I- Pouvez-vous vous présenter ? Comment avez-vous connu l’association NQT ?

Je m’appelle Amadou Tall, 33 ans, Chef de projet R&D au sein la division cosmétique de Johnson & Johnson.

J’ai grandi au Blanc-Mesnil en Seine Saint-Denis. J’ai eu la possibilité de faire des études longues jusqu’à obtenir un doctorat de Biologie Marine avec une spécialisation en microbiologie. Suite à cette expérience enrichissante dans l’académique, j’ai souhaité développer ma carrière dans un contexte industriel et c’est à ce moment qu’NQT intervient. Ce n’est pas évident pour un docteur de passer de l’académique vers l’industrie et à fortiori si l’on a pas de réseau. D’autant plus que 80% du marché de l’emploi est dit « caché », c’est-à-dire accessible via un réseau. Je me suis inscrit via le site NQT (www.nqt.fr) et très rapidement on m’a affecté une marraine (Hélène Landrieu à l’époque DRH chez Bristol Myers Squibb) du secteur pharmaceutique que je visais. Elle m’a été d’une grande aide dans la formalisation de mon projet professionnel et dans la préparation de mes entretien Et très rapidement, au bout de 4 mois, j’ai eu mon premier poste de chargé de mission scientifique au sein de l’établissement français du Sang. Puis un an plus tard, j’ai rejoint le groupe Johnson & Johnson.

II- Un-e jeune diplômé-e comment fait-il pour accès à l’accompagnement personnalisé ?

Le jeune diplômé pour s’inscrire doit répondre aux critères d’éligibilité de l’association : Bac+3 minimum, moins de 30 ans, et issus de milieux sociaux modestes. L’inscription se fait en ligne sur nqt.fr Une fois le dossier complété sur la plateforme en ligne, le service de parrainage étudie le dossier et les compatibilités professionnelles, afin de créer le meilleur binôme entre le jeune diplômé et son parrain. En moyenne il faut compter 15 jours une fois le dossier validé pour être mis en relation. En plus du parrainage le jeune a accès un espace dédié sur la plateforme, et des outils pour booster sa recherche, tels que le perfectionnement en anglais, des tests d’auto-évolution…

III- Pensez-vous le dispositif NQT fait reculer les discriminations des jeunes des quartiers populaires ?  

Une grande majorité de nos inscrits nous rejoignent après une longue période de recherche (âge moyen : 26 ans), et pourtant, plus le parrainage débute tôt après obtention de son diplôme plus les chances de décrocher rapidement un emploi se multiplient.

Chez les jeunes des quartiers prioritaires, le démarrage de la recherche d’emploi s’avère plus tardif. 59 % n’ont démarré leur recherche qu’après l’obtention de leur diplôme. Ce taux n’est que de 52 % chez les diplômés habitant les autres quartiers.

Il est à noter que les jeunes diplômés des quartiers prioritaires sont plus souvent des universitaires (77 % contre 71 %), et moins souvent des diplômés d’écoles que les autres. Ainsi, l’association a noué très tôt des partenariats avec les établissements d’enseignement supérieur afin de sensibiliser les étudiants à leur insertion professionnelle et les informer sur le dispositif, afin qu’ils puissent réduire leur période de recherche d’emploi en s’inscrivant au sortir de leurs études leur permettant ainsi d’être au plus vite mieux outillés.

IV- Avez-vous l’ambition de vous faire connaître plus largement de votre public cible ? 

Nous avons différentes opérations pour nous faire connaitre. Nous allons sur le terrain, dans les quartiers pour être au plus proche des jeunes (les prochaines dates 8 juin Sevran, 21 juin Paris..), et également dans les universités (5 juillet celle de Nanterre), pour anticiper et se faire connaitre des jeunes. Nous communiquons également via nos Réseaux sociaux, via nos partenaires privilégiés (APEC et Pole emploi). Certains partenaires médias sensibilisés à notre cause nous offre du gracieux pour exister dans le paysage médiatique. Nous ferons également un grand événement national en novembre, réunissant on l’espère au moins 5 000 jeunes.