« L’Homme est plus un homme par les choses qu’il tait que par celles qu’il dit. » (Albert Camus – « Le mythe de Sisyphe »)

Albert Camus est l’un des écrivains français les plus célèbres du XXème siècle, il est notamment connu pour des œuvres telles que « La Peste », « L’Étranger », ou encore « Caligula ». Il a d’ailleurs reçu le Prix Nobel de Littérature en 1957, et son œuvre dispose, aujourd’hui encore, de nombreux admirateurs.

Alors, faisons les présentations !

 

Qui était Albert Camus ?

Albert Camus est né le 7 novembre 1913 à Mondovi en Algérie. Il grandit dans un milieu modeste, et ne connut jamais son père, décédé dans la Bataille de la Marne lors de la 1ère Guerre Mondiale.

Image via stanfordfreedomproject.com

Grace à l’aide d’un de ses professeurs, il obtint une bourse qui lui permis de poursuivre ses études au lycée à Alger. Une fois obtenu son diplôme d’Études Supérieures de Philosophie, il fonde une troupe de théâtre et commence à publier des articles sur les procès politique en Algérie dans le journal « Alger-Républicain ».

Petit à petit, le climat se tend et Camus quitte l’Algérie pour Paris en 1942. De là, durant la 2ème Guerre Mondiale, il militera dans un mouvement de résistance, et c’est à cette époque qu’il commencera à connaître des succès littéraires et à accéder à la notoriété.

Il connaîtra ensuite le plus grand succès de sa carrière lors de la publication de « La Peste » en 1947. Dans les années 1950, Camus s’engagera, dans le cadre du conflit avec l’Algérie, afin de réconcilier les deux camps, mais en vain.

Il sera désigné comme lauréat du Prix Nobel de Littérature en 1957 « pour l’ensemble d’une œuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes ».

Trois ans plus tard, le 4 janvier 1960, il décède dans un accident de voiture, il est alors âgé de 56 ans.

 

Quelle est l’œuvre d’Albert Camus ?

Albert Camus a lui-même séparé son œuvre en deux parties principales, d’un côté le « Cycle de l’absurde », et de l’autre le « Cycle de la Révolte ».

Concernant le « Cycle de l’Absurde », c’est une facette de l’œuvre de Camus que l’on mentionne souvent. En effet, d’après lui « l’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde ». Dans cette partie de son œuvre Camus expliquera sa philosophie de l’absurde dans un essai (« Le Mythe de Sisyphe »), puis il traduira cette réflexion dans un roman (« L’Étranger »), et des pièces de théâtre (« Caligula » et « Le Malentendu »).

Image via onedio.co

Ensuite, pour répondre aux questions qu’il se pose dans sa philosophie de l’absurde, Camus écrira le « Cycle de la révolte ». Il s’intitule de cette manière car, d’après lui la révolte est la seule façon de vivre cette situation absurde, il déclarera en effet que « l’une des seules positions philosophiques cohérentes, c’est ainsi la révolte ». Il étayera cette thèse, là encore, dans un essai (« L’Homme révolté »), dans un roman (« La Peste »), et des pièces de théâtre (« Les Justes » et « L’État de Siège »).

 

Ainsi, outre des pièces de théâtre et des romans, en eux-mêmes, de qualité, les œuvres d’Albert Camus portent une dimension philosophique tout à fait passionnante.

 

Avis aux amateurs !