C’est en discutant sur Snapchat avec une amie de longue date que j’ai eu l’idée de parler cette semaine de l’Album « 7 » de Paul Kalkbrenner. Pour le définir… Je dirais que c’est un représentant de la Techno de Berlin. Depuis ses débuts dans les années 2000, il a su imposer sa touche dans le monde de la musique électronique. Et c’est ainsi qu’on le retrouve, des années plus tard, avec ce nouvel album.

Contrairement à Brodinski, la semaine dernière, je ne me suis pas trop intéressé à la pochette, trop « classique » à mon goût. Concernant l’écoute: l’album en lui-même te plonge dans un univers doux à mon sens avec une liaison entre chaque titre. Mais justement, le bémol, c’est l’impression de similarité entre chaque titre. C’est un peu dérangeant. Ce mec est très créatif. Mélodiquement, je me plais à écouter ses sons, mais bizarrement, je me lasse un peu, petit à petit. Pas assez pour ne pas écouter la suite, mais tout de même. Malgré cela, quelques titres sortent du lot ! Cloud Rider est un de mes favoris. Le clip qui l’accompagne est vraiment génial, avec un beau message derrière (j’espère ne pas être le seul à avoir vu un message dans ce clip). Battery Park aussi est très bien produit. Elle introduit très bien cet opus. Et le dernier, que je peux citer… Surement Mothertrucker. J’ai eu la chance de pouvoir l’écouter en Live, et c’est vraiment une tuerie.

Après tout le débat se pose concernant le style de « 7 ». Est-ce de la Deep House ou de la Techno ? Perso, je dis Techno. Ce style à plusieurs variantes, plusieurs « écoles ». La Techno de Berlin n’est pas forcement de la musique forte à 130, voir 137 BPM. Voilà mon avis.

Je vous invite à mettre le votre, concernant le style, mas aussi l’album de Paul Kalkbrenner. Pour les Parisiens, il sera en concert le 3 Février au Zénith de Paris !
Bonne écoute, bon week-end, à la prochaine