Aaaaah la Norvège, les vikings, les fjords à la beauté surréaliste… tout ça, ça fait rêver, et ce sont souvent les seules images qui viennent à l’esprit lorsqu’on pense à ce beau pays du Nord. Mais derrière ces stéréotypes (pourtant vrais) se cachent des aspects de la Norvège que l’on ne soupçonnerait pas au premier abord.

« Påskekrim », le thriller de Pâques

 

La réputation du thriller scandinave n’est désormais plus à refaire. Avec des best-sellers comme le très célèbre Millenium de Stieg Larsson, les pays du Nord se sont frayé depuis les années 70 une place de choix sur le devant de la scène littéraire policière. Avec son atmosphère très noire, parfois sordide, le thriller scandinave dépeint souvent des aspects pas toujours très plaisants des sociétés scandinaves, que l’on loue généralement comme quasi parfaites. Et il existe une tradition liée à cet unique : « påskekrim », qui signifie littéralement le crime de Pâques. Mais comment est née cette tradition et en quoi consiste-t-elle ? Il faut remonter jusqu’en 1923, année où un auteur décida de publier un roman policier qui marcha du tonnerre. Les années suivantes, à la suite de ce succès, la maison d’édition décida de se concentrer sur ce genre à la période de Pâques. Depuis, Pâques est la saison où le plus de romans policiers sont publiés et lus avec passion. De plus, chaque chaîne de télévision produit des petites séries policières, et même les boîtes de lait se voient affublées de courtes enquêtes qui égayent ainsi les petits-déjeuners.

 

Les Norvégiens font tout le temps du ski, même quand il n’y a pas de neige

 

Les Norvégiens disent d’eux-mêmes qu’ils sont « nés avec des skis aux pieds ». Un adage tout à fait prouvé, puisque la plupart des petits Norvégiens apprennent à skier à un âge très bas, et ce sport est d’ailleurs l’un des seuls où les Norvégiens parviennent à se distinguer brillamment lors des Jeux Olympiques ! (Jeux d’été & hiver confondus. Mais ils en sont tout de même très fiers.). Toutes vacances sont prétextes à rejoindre les pistes de ski. Lorsque les villes sont recouvertes d’épaisses couches de neige, il n’est pas inhabituel de voir monsieur tout le monde déambuler dans les rues en ski de fond pour aller au travail comme si c’était la chose la plus normale du monde (enfin ça l’est pour eux, mais pas pour nous quoi). Et même l’absence de neige ne pourrait stopper leur amour pour le ski, puisque le « rulleski » (« ski à roulettes » en français) est un sport très populaire. Comme son nom l’indique, ces skis sont dotés de roulettes qui permettent ainsi de rouler toute l’année sur tout type de terrain et d’assouvir leur soif insatiable de ski et de descente.

 

 

Les lois spéciales sur l’alcool

 

Pour ceux qui aiment à l’occasion sustenter leur corps et âme de substances alcoolisées, il est important de savoir qu’en Norvège les lois concernant la consommation d’alcool sont assez strictes. Il est par exemple interdit de boire de l’alcool dans l’espace publique. S’il vous arrivait de siroter une petite bière achetée en supermarché pour la modique somme de 4€ et qu’un policier vous voyait, il vous demanderait de la jeter à la poubelle (et ça fait pas plaisir pour le prix qu’elle a coûté). En supermarché, on ne trouve que de la bière ou du cidre en canette. Si vous souhaitez acheter tout autre type d’alcool, il faut vous rendre au Vinmonopolet, seule chaîne de magasins où vous trouverez ce que vous cherchez, et à un prix qui vous refroidira peut-être un peu. Il n’est possible d’acheter de l’alcool que jusqu’à 20h en semaine, et 18h le weekend. Cela ne concorde pas vraiment avec l’image que l’on a des hommes baraques du Nord qui se nourrissent d’hydromel à tout va après s’être fait la peau d’un ours, mais il paraît que c’est pour lutter contre l’alcoolisme. C’est souvent quelque chose sur quoi on ne pense pas forcément à se renseigner, alors je préfère prévenir. Bien sûr, tout cela est à consommer avec modération